November 22, 2008 / 1:18 AM / 9 years ago

Files d'attente aux USA pour les premiers BlackBerry Storm

5 MINUTES DE LECTURE

<p>Des centaines d'Am&eacute;ricains ont fait la queue vendredi devant les boutiques de Verizon Wireless (comme ici, &agrave; New York), dans l'espoir d'&ecirc;tre parmi les premiers &agrave; acqu&eacute;rir le BlackBerry Storm, le premier combin&eacute; &agrave; &eacute;cran tactile lanc&eacute; par le canadien Research In Motion pour concurrencer l'iPhone d'Apple. /Photo prise le 21 novembre 2008/Brendan McDermid</p>

NEW YORK (Reuters) - Des centaines d'Américains ont fait la queue vendredi devant les boutiques de Verizon Wireless dans l'espoir d'être parmi les premiers à acquérir le BlackBerry Storm, le premier combiné à écran tactile lancé par le canadien Research In Motion pour concurrencer l'iPhone d'Apple.

Plus de 200 personnes ont patienté depuis l'aube devant un magasin non loin du centre de Manhattan, avant que la plupart d'entre elles ne soient refusées moins d'une heure après l'ouverture. Rupture de stocks. Face à la colère des clients, la police a dû intervenir pour rétablir le calme.

Verizon, le numéro deux américain de la téléphonie, a déclaré que des centaines d'autres personnes faisaient la queue devant ses boutiques le long de la côte Est des Etats-Unis, tout en précisant qu'il avait "largement assez" de combinés pour satisfaire la demande et qu'il continuerait à recevoir de nouvelles livraisons, en refusant de donner plus de détails sur l'état de ses stocks.

Dans une file d'attente devant une boutique près de Bryant Park, Anthony Lewis a fait part de sa déception, après avoir échoué à se procurer ce mobile, alors qu'il avait d'abord tenté sa chance dans d'autres boutiques.

"J'avais passé deux pré-commandes chez Best Buy et Circuit City (ndlr, deux enseignes de distribution de produits électroniques grand public aux Etats-Unis). Maintenant je suis ici et on me dit que tout a déjà été vendu", a déclaré ce jeune homme de 28 ans.

Un employé de la boutique Verizon a affirmé aux clients que s'ils commandaient le combiné sur place ou en ligne, ils le recevraient sous cinq à sept jours.

Lueur D'espoir

Vodafone Group Plc, qui détient une part de Verizon Wireless, co-entreprise entre Verizon Communications et Vodafone, a indiqué jeudi qu'il avait du mal à faire face à la demande pour le Storm, lancé le 14 novembre dernier sur le marché britannique et pour lequel il a déjà enregistré des milliers de pré-commandes.

L'action de Verizon affichait à la clôture de Wall Street un gain de 7,43%, à 28,47 dollars, cependant que son concurrent AT&T a reculé de 2,77%, à 25,19 dollars.

Les cours des titres des deux sociétés se sont avérés très fluctuants au cours des derniers mois, avec le ralentissement économique mais les analystes estiment que le lancement du BlackBerry Storm est probablement à l'origine des variations du cours de l'action de la firme canadienne vendredi.

"Nous n'avons entendu que de bonnes choses à son propos. C'est une petite lueur d'espoir dans un univers vraiment morne", a déclaré Ed Snyder, analyste chez Charter Equity Research, à propos du nouveau combiné de RIM. Selon lui, même certains concurrents de la firme canadienne trouvent ce nouveau mobile assez impressionnant.

En se concentrant sur le Storm pour la période cruciale des fêtes de fin d'année alors qu'il avait mis en avant quatre combinés différents l'année dernière à cette même période, Verizon Wireless prend un gros pari.

Tout comme l'iPhone, le Storm coûte 200 dollars sur le marché américain, moyennant la souscription d'un abonnement d'une durée de deux ans. Et comme le combiné vedette de la firme à la pomme, il est doté d'un appareil photo numérique et un lecteur multimédia.

A San Francisco, des files d'attente plus réduites, d'une vingtaine de personnes, étaient visibles en début de matinée devant les boutiques de Verizon. Une heure après l'ouverture de l'une de ces boutiques, un employé a estimé que 100 combinés avaient déjà été vendus.

L'enthousiasme suscité par le lancement du Storm semble moindre que l'emballement observé lors des débuts de l'iPhone, commercialisé par AT&T aux Etats-Unis dans le cadre d'un partenariat exclusif. Certains clients passionnés avaient alors campé devant les boutiques plusieurs jours à l'avance afin d'être sûrs de figurer parmi les premiers propriétaires du combiné.

L'action RIM a terminé sur un gain de 7,9%, à 44, 80 dollars, vendredi sur le Nasdaq à la Bourse de New York.

Franklin Paul, Michael Erman, Brendan McDermid et Sinead Carew à New York, Gabriel Madway à San Francisco, version française Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below