18 novembre 2008 / 12:31 / il y a 9 ans

Gemalto exclut de relever son offre sur Wavecom

par Nathalie Meistermann et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Fort du soutien du comité d'entreprise de Wavecom à son OPA, Gemalto exclut "complètement" de relever son offre sur le spécialiste de la communication sans fil, a déclaré mardi son directeur général Olivier Piou.

Dans un entretien à Reuters, il confirme par ailleurs ses objectifs financiers pour 2008 et 2009 en disant ne pas percevoir, pour l'heure, de ralentissement sur ses marchés.

Il défend l'attractivité de son offre de 7 euros par action qui valorise Wavecom 110 millions d'euros environ.

"Ce que j'exclus complètement, c'est de relever mon offre. Le prix, on l'a bien pesé. J'aurais pu le baisser avec les résultats catastrophiques du troisième trimestre et j'aurais pu le baisser avec la baisse de la Bourse", explique-t-il.

"Je ne l'ai pas baissé mais je ne vais pas le relever non plus. C'est une offre particulièrement attractive dans un contexte aujourd'hui difficile", dit-il.

Dans sa note du 14 novembre en réponse à l'OPA du fabricant de cartes à puces, le conseil d'administration de Wavecom réitère son opposition à l'opération en estimant que ses termes "sous-évaluent manifestement Wavecom".

Mais dans cette même note, le CE de Wavecom fait savoir que "contrairement à l'avis émis par le conseil d'administration de la société et sous réserve du maintien de l'emploi et des investissements technologiques au sein de l'entreprise, le CE considère que l'offre présentée par Gemalto présente un caractère favorable au développement de la société".

Le directeur général de Gemalto porte un jugement sévère sur la direction de sa cible. "Nous avons en face une direction et un conseil d'administration complètement décrédibilisés par les faits, par des résultats qui flanchent, par un cours qui s'est effondré, par une absence de perspectives", dit-il.

L'OFFRE PEUT DEVENIR AMICALE

Olivier Piou ne croit pas au dépôt d'une offre concurrente mais n'exclut pas que son OPA non sollicitée devienne "amicale". "Il suffit que le conseil d'administration réalise qu'il n'y aura pas d'offre concurrente et pas de relèvement", note-t-il.

Si l'OPA ouverte le 28 octobre et prenant fin le 15 décembre n'aboutit pas, "nous reprenons notre argent", affirme-t-il.

"Nous allons en investir une partie pour développer le M2M (la communication sans fil de machine à machine) nous-mêmes (...) et (avec) l'autre partie nous serons très contents de racheter nos actions ou de faire un dividende pour nos actionnaires".

Il rappelle à cette occasion les trois priorités de Gemalto en matière de cash : 1) "grandir en interne" 2) "faire des acquisitions ciblées pas trop grosses" 3) "retourner de l'argent à nos actionnaires"

Interrogé sur la conjoncture, Olivier Piou affirme qu'"aujourd'hui la société se porte très bien, elle continue à se développer". "Les turbulences financières font que la visibilité est faible mais elle l'est pour tout le monde pas simplement sur notre marché", dit-il.

"Aujourd'hui, il n'y a pas de ralentissement que nous percevons dû à la crise économique (...) Nous reconfirmons nos prévisions aujourd'hui pour 2008. Nous reconfirmons aussi nos objectifs pour 2009 d'une marge supérieure à 10%", déclare le directeur général de Gemalto.

Le fabricant s'est fixé pour objectif une croissance de 8% à 12% de son chiffre d'affaires et un résultat d'exploitation ajusté d'environ 160 millions d'euros en 2008. Pour 2009, il vise une marge d'exploitation ajustée supérieure à 10% contre 5,1% en 2007.

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below