L'action Atos flambe après la nomination de Thierry Breton

lundi 17 novembre 2008 10h39
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Atos Origin flambe en Bourse au lendemain de l'annonce de la nomination de Thierry Breton à la présidence du directoire, qui pourrait accélérer le recentrage de la SSII sur ses activités les plus rentables via des cessions d'actifs.

Le départ de Philippe Germond, en poste depuis à peine un peu plus d'un an, apparaît comme un coup d'Etat après plusieurs mois de conflit sur la stratégie du groupe qui a opposé sa direction aux fonds d'investissement Pardus et Centaurus, jusqu'à un accord intervenu fin mai.

"Ce n'est pas un problème de stratégie, c'est un problème de personne. Les séquelles de la bataille du printemps n'étaient pas effacées", a estimé une source proche du dossier. "Il n'y avait pas de confiance entre le management et le conseil. Il fallait tourner la page".

Selon une autre source proche du dossier, des discussions avaient débuté il y a un mois avec Thierry Breton sans que Philippe Germond, en désaccord sur la nouvelle stratégie, soit au courant.

"Ce qui est très encourageant, c'est que tous les actionnaires et le conseil d'administration ont la même vision", a dit cette source. "Maintenant qu'il y a une nouvelle stratégie, il faut l'accélérer, focaliser le groupe sur les activités rentables et vendre celles qui sont à faibles marges".

Atos Origin avait annoncé le 31 octobre des cessions d'actifs de 250 à 500 millions d'euros, notamment en Asie et en Amérique du Sud, dans le cadre d'un plan stratégique visant à se recentrer sur ses offres distinctives.

Le titre s'adjuge 5,53% à 19,09 euros vers 10h10, après un pic à 20,48 euros. Il accuse une baisse de 46% depuis le début de l'année, avec une capitalisation de 1,3 milliard.

Oddo Securities a relevé sa recommandation d'"accumuler" à "achat" avec un objectif de cours maintenu à 28 euros.   Suite...

 
<p>Atos Origin flambe en Bourse au lendemain de l'annonce de la nomination de Thierry Breton &agrave; la pr&eacute;sidence du directoire, qui pourrait acc&eacute;l&eacute;rer le recentrage de la SSII sur ses activit&eacute;s les plus rentables via des cessions d'actifs. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>