13 novembre 2008 / 17:31 / dans 9 ans

Vivendi confirme ses perspectives pour 2008

<p>Jean-Bernard L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi. Le premier groupe europ&eacute;en des m&eacute;dias et du divertissement a enregistr&eacute; des r&eacute;sultats l&eacute;g&egrave;rement sup&eacute;rieurs aux attentes sur neuf mois et confirme ses perspectives pour 2008 et sa politique de dividende. /Photo prise le 27 ao&ucirc;t 2008/REUTERS/Charles Platiau</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Vivendi confirme ses perspectives pour 2008 et sa politique de dividende et dit ne pas anticiper de ralentissement global de son activité à cause de la crise économique.

Le premier groupe européen des médias et du divertissement, qui a publié des résultats supérieurs aux attentes sur neuf mois, a également confirmé anticiper une dette nette légèrement supérieure à huit milliards d‘euros fin 2008 et un peu plus de six milliards fin 2009 contre 9,4 milliards fin septembre.

Le groupe a fait état d‘environ 5,5 milliards d‘euros de lignes de crédit disponibles anticipés à fin 2008 et ne pas avoir de remboursement de dette significatif avant 2012.

Le directeur financier Philippe Capron a précisé disposer d‘une certaine marge de manoeuvre pour une éventuelle acquisition, tout en soulignant que le groupe n‘envisageait pas d‘augmentation de capital.

“Si nous achetions quelque chose qui génère beaucoup de cash, nous aurions de la marge de manoeuvre. Si nous achetons un actif moyen normal, notre marge est de fait limitée à quelques milliards”, a-t-il expliqué lors d‘une conférence téléphonique avec les analystes. “Notre limitation est beaucoup plus en termes de notation (de la dette) qu‘en termes de liquidité”.

La dette de Vivendi est notée à BBB par Standard & Poor’s et Fitch et à Baa2 par Moody‘s, dans les trois cas avec des perspectives stables.

Philippe Capron n‘a pas souhaité s‘exprimer sur l‘intérêt supposé de Vivendi pour Digital+, filiale espagnole de télévision payante mise en vente par Prisa.

Il a noté que le contexte économique commençait à avoir un impact sur l‘activité de Canal+ - qui n‘a gagné que 110.000 abonnements nets par rapport à septembre 2007 - mais qu‘il ne prévoyait pas d‘effet généralisé sur l‘activité du groupe, se disant “très prudemment optimiste”.

“Il est clair que nous sommes beaucoup moins exposés à l’économie que la plupart des entreprises. Nous n‘attendons pas de ralentissement généralisé de notre activité”, a-t-il dit.

Vivendi a confirmé son objectif pour 2008, à savoir une croissance de son résultat net ajusté comparable à celle de 8,3% de 2007 à périmètre constant et les prévisions de chacune des divisions. Il n‘a pas précisé l’évolution avec Neuf Cegetel et Activision Blizzard.

Il a également confirmé sa politique de dividende pour l‘exercice 2008, qui devrait afficher une croissance comparable à celle du résultat net ajusté à périmètre constant.

Sur les neuf premiers mois de l‘année, le chiffre d‘affaires de Vivendi ressort en hausse de 13,6% à 17.777 millions d‘euros, tandis que son résultat opérationnel ajusté (Ebita) recule de 2,1% à 3.848 millions d‘euros sous l‘effet des charges de restructuration liées à la consolidation de Neuf Cegetel à SFR et de l‘intégration de Vivendi Games à Activision Blizzard.

COÛTS D‘INTÉGRATION 199 MILLIONS D‘EUROS

Vivendi a fait état de coûts d‘intégration de 199 millions d‘euros pour ces deux opérations à fin septembre. SFR consolide son ex-filiale Neuf Cegetel depuis le 15 avril, tandis que Vivendi et Activision ont concrétisé le 9 juillet la fusion de leurs activités de jeux vidéo pour donner naissance au leader mondial du secteur, Activision Blizzard, dont le groupe français détient environ 52% après dilution.

Vivendi table sur des synergies comprises entre 100 et 150 millions de dollars pour Activision Blizzard et entre 250 et 300 millions d‘euros pour SFR/Neuf Cegetel en 2011.

Activision Blizzard a publié le 5 novembre des résultats supérieurs aux attentes au troisième trimestre et confirmé tabler pour 2008 sur un chiffre d‘affaires de 4,9 milliards de dollars et un bénéfice d‘exploitation de 1,2 milliard. La deuxième extension du jeu en réseau à succès “World of Warcraft” - “Wrath of the Lich King” - est sortie ce jeudi.

Philippe Capron a déclaré anticiper une nouvelle réduction des dépenses d‘investissements en 2009 pour SFR et probablement pour Maroc Telecom, dont Vivendi détient 53%.

SFR, deuxième opérateur télécoms français, dont Vivendi détient 56% et le britannique Vodafone le solde, a vu son chiffre d‘affaires progresser de 26,7% sur neuf mois du fait de l‘intégration de Neuf Cegetel, mais celui de la seule activité mobile n‘a augmenté que de 2,7%.

Universal Music Group (UMG), première maison de disque mondiale, qui édite notamment la chanteuse anglaise Amy Winehouse, a accusé une baisse de 3,8% de son chiffre d‘affaires sur neuf mois, donnant une hausse de 3,5% à taux de change constant. Les ventes de musique numérique, qui compensent la chute continue du marché des CD, ont bondi de 30% à taux de change constant et représentent 21% du total.

L‘action a clôturé en hausse de 3,41% à 19,99 euros jeudi, donnant une capitalisation de 23,4 milliards d‘euros. Elle a perdu 36,3% depuis le début de l‘année.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below