BT va supprimer 10.000 emplois pour améliorer sa rentabilité

jeudi 13 novembre 2008 09h56
 

LONDRES (Reuters) - BT Group publie des résultats trimestriels supérieurs aux prévisions récemment revues à la baisse et annonce avoir entrepris de supprimer 10.000 emplois pour améliorer sa rentabilité.

L'opérateur britannique de télécommunications avait annoncé il y a deux semaines qu'il n'atteindrait pas ses objectifs initiaux en raison des performances décevantes de ses activités internationales, regroupées au sein de la division Global Services, qui peinent à réduire leurs coûts.

Sur le trimestre juillet-septembre, le deuxième de l'exercice en cours, son bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) a reculé de 1% à 1,43 milliard de livres mais il dépasse le consensus des estimations d'analystes, alors que le groupe avait dit anticiper un résultat inférieur à ce même consensus.

Le bénéfice par action courant ressort à 5,9 pence et le chiffre d'affaires a augmenté de 4% à 5,30 milliards de livres.

Les sept analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un Ebitda de 1,38 milliard de livres, un BPA de 4,9 pence et un chiffre d'affaires de 5,28 milliards de livres. Ils avaient revu leurs estimations après l'avertissement de BT.

Dans le cadre de sa politique de réduction des coûts, BT a annoncé qu'il avait entrepris de supprimer environ 10.000 emplois pendant l'exercice en cours, dont 4.000 parmi le personnel du groupe et le reste chez les sous-traitants, les consultants et les points de vente.

Le groupe emploie au total, directement et indirectement, quelque 160.000 personnes.

LE TITRE EN FORTE HAUSSE

Il a précisé avoir déjà réalisé 4.000 suppressions de postes et espère atteindre le chiffre de 10.000 grâce à la rotation naturelle des effectifs.   Suite...

 
<p>BT Group publie des r&eacute;sultats trimestriels sup&eacute;rieurs aux pr&eacute;visions r&eacute;cemment revues &agrave; la baisse et annonce avoir entrepris de supprimer 10.000 emplois pour am&eacute;liorer sa rentabilit&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Ferran Paredes</p>