7 novembre 2008 / 19:16 / dans 9 ans

Apple et son iPhone se fraie un chemin dans l'entreprise

<p>Si les ventes au consommateur du nouveau combin&eacute; iPhone d'Apple atteignent des sommets, elles semblent faire un d&eacute;but timide mais n&eacute;anmoins prometteur dans le march&eacute; tr&egrave;s convoit&eacute; des entreprises aux Etats-Unis, actuelle chasse gard&eacute;e du terminal BlackBerry de Research in Motion. /Photo prise le 11 juillet 2008/REUTERS/Christian Hartmann</p>

par Gabriel Madway

SAN FRANCISCO (Reuters) - Si les ventes au consommateur du nouveau combiné iPhone d‘Apple atteignent des sommets, elles semblent faire un début timide mais néanmoins prometteur dans le marché très convoité des entreprises aux Etats-Unis, actuelle chasse gardée du terminal BlackBerry de Research in Motion.

Tandis que la plupart des entreprises n‘ont pas l‘intention d‘abandonner leurs fidèles BlackBerry, les analystes décèlent une tendance provenant de la base, des employés, particulièrement des petites et moyennes entreprises, qui ont acheté leur propre iPhone avant de convaincre leur patron de prendre en charge les coûts de l‘appareil.

“Je n‘imagine pas que beaucoup d‘entreprises abandonnent les BlackBerry”, estime Jack Gold, fondateur de l‘institut d’études J.Gold Associates. “Je vois plus les sociétés se tourner vers une prise en charge de l‘iPhone.”

Gold évalue à 15% à 20% le pourcentage de personnes qui ont acheté un combiné Apple pour l‘utiliser dans le cadre de leur travail.

6,9 MILLIONS D‘IPHONE 3G VENDUS

A fin septembre, 6,9 millions de modèles 3G de l‘iPhone avait été écoulés, contre 6,1 millions de BlackBerry au même trimestre. Bien que les ventes d‘iPhone soient susceptibles de souffrir largement de la déconfiture économique, son démarrage en force a fait entrer le secteur en ébullition.

Apple s‘est lancé dans la bataille du marché des entreprises en mars dernier lorsqu‘il a annoncé que le modèle 3G de son combiné intègrerait le messagerie professionnelle Exchange de Microsoft et d‘autres normes de sécurité.

A l’époque, de grands noms tels que Genentech, Nike et Walt Disney Co ont annoncé qu‘il soutiendraient l‘iPhone, Genentech annonçant le déploiement de 3.000 combinés au bénéfice de ses employés.

Cependant personne ne doute que le BlackBerry continuera à dominer le marché professionnel et qu‘Apple aura fort à faire pour percer dans des milieux financiers ou gouvernementaux, des secteurs particulièrement exigeants au niveau de la sécurité, conviennent les analystes.

Apple pourrait bien considérer le marché professionnel comme une cerise sur le gâteau de son succès populaire. Le temps, l‘effort et l‘argent requis pour satisfaire une clientèle d‘entreprise pourrait ne pas vraiment motiver Apple.

Bien sûr, RIM tente une percée dans le sens inverse. L‘annonce d‘une commercialisation prochaine de son modèle à écran tactile est un clin d‘oeil au marché grand public.

LE BLACKBERRY DANS LE VISEUR DE L‘IPHONE

Des enquêtes auprès de responsables informatiques montrent que RIM représente 70 à 80% de parts de marché au niveau professionnel, contre 10 à 15% pour Apple. Mais certains analystes nuancent ces résultats, expliquant que ces chiffres ne reflètent que les ventes de smartphones (combinés multifonctions) en général.

Pris sous l‘angle de l‘utilisation de la messagerie électronique en entreprise, en termes de comptes mobiles activés, l‘iPhone est en phase d‘extension, estiment d‘autres analystes.

Michelle Wilcove, employée par Bluewolf, une entreprise d‘informatique, estime que près de 25% des employés de sa société utilisent un iPhone et que ce chiffre “progresse rapidement”.

Ken Dulaney, vice-président du cabinet d’études informatiques Gartner, estime que l‘iPhone doublera sa part de marché dans les messageries électronique sans fil dans l‘année à venir.

“Je crois qu‘il y a de grandes chances qu‘ils arrivent à entrer dans le milieu de l‘entreprise, bien que d‘une manière limitée.”

L‘analyste IDC Ryan Reith dit observer une tendance lente vers l‘adoption de l‘iPhone dans les petites et moyennes entreprises mais note que les grands comptes n‘en achèteront que peu, voire pas du tout, en raison d‘exigences élevées en matière de sécurité dans le temps et d‘une politique de renouvellement plus frileuse.

Néanmoins, Reith avance : “Il est inévitable qu‘Apple entre dans l‘espace de l‘entreprise.”

Version française Patrice Mancino

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below