Panasonic a des vues sur Sanyo et voit son avenir en vert

mardi 4 novembre 2008 20h08
 

par Kiyoshi Takenaka

TOKYO (Reuters) - Panasonic, premier fabricant mondial d'écrans TV plasma, parie sur un avenir radieux pour les secteurs des panneaux solaires et des véhicules hybrides à l'heure où il négocie le prix du rachat de son concurrent Sanyo Electric, une opération que certains analystes valorisent à 8,7 milliards de dollars.

L'une des activités de Sanyo qui intéresse particulièrement Panasonic est la production de batteries automobiles qui alimentent les véhicules hybrides et électriques, de plus en plus prisés.

Mais cette transaction lui permettrait également de mettre un pied dans le secteur des piles solaires, une autre activité à fort potentiel de croissance en cette période de crainte croissantes concernant les changements climatiques.

Sanyo est le septième fabricant mondial de piles solaires et doit faire face à des gros concurrents tels que l'allemand Q-Cells.

"Ce n'est pas une mauvaise combinaison", estime l'analyste de Mizuho Investors Securities, Nobuo Kurahashi.

"Sony ne fabrique pas de batteries automobiles, du moins pas encore. Quand la demande en véhicules hybrides et électriques décollera, Panasonic et Sanyo seront loin devant tout le monde."

Panasonic gère une coentreprise dans les batteries pour automobiles avec Toyota Motor, tandis que Sanyo fournit des batteries hydrides nickel-métal à Ford Motor et Honda Motor Co Ltd et développe des batteries lithium-ion pour des modèles Volkswagen.

Sanyo est également le premier fournisseur de batteries rechargeables pour téléphones portables, baladeurs numériques et ordinateurs portables, devant des concurrents tels que Sony et Panasonic.   Suite...

 
<p>Panasonic, premier fabricant mondial d'&eacute;crans TV plasma, parie sur un avenir radieux pour les secteurs des panneaux solaires et des v&eacute;hicules hybrides &agrave; l'heure o&ugrave; il n&eacute;gocie le prix du rachat de son concurrent Sanyo Electric, une op&eacute;ration que certains analystes valorisent &agrave; 8,7 milliards de dollars. /Photo prise le 4 novembre 2008/REUTERS/Toru Hanai</p>