L'Arcep propose de nouvelles baisses des terminaisons d'appel

jeudi 23 octobre 2008 19h56
 

PARIS (Reuters) - L'autorité des télécoms (Arcep) annonce dans un communiqué de nouvelles propositions de baisse des tarifs de terminaisons d'appel de 3,5 cents par minute applicables en deux temps au 1er juillet 2009 et au 31 décembre 2010.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès d'Orange, de SFR ou de Bouygues Telecom.

Au travers de ces baisses de tarifs, l'Arcep entend lever un frein à la baisse des prix à la minute, favoriser l'essor des offres illimités tous réseaux et la convergence des réseaux fixes et mobiles pour le consommateur.

Ces tarifs correspondent au prix que se facturent les opérateurs entre eux pour terminer l'appel d'un de leurs clients sur le réseau d'un autre opérateur.

Concrètement, l'Arcep propose de baisser au 1er juillet 2008, de 6,5 à 4,5 euros la minute pour Orange France et SFR et de 8,5 à 6 euros la minute pour Bouygues Télécom, puis, au 1er juillet 2010, de 4,5 à 3 euros pour Orange France et SFR et de 6 à 4 euros pour Bouygues Télécom.

A titre de comparaison, l'Arcep estime le coût de revient d'une terminaison d'appel entre un et 2,9 euros pour "un opérateur efficace".

"L'action de l'Autorité s'attache à prévenir les problèmes concurrentiels découlant d'un niveau trop élevé de cette terminaison d'appel en imposant que les tarifs reflètent les coûts sous-jacents", souligne l'Arcep dans on communiqué.

"L'Autorité mène ainsi une politique de réduction des terminaisons d'appel mobile au fur et à mesure du développement des réseaux mobiles et a ainsi fait baisser le prix de ces prestations de plus de 30 centimes la minute à la fin des années 90 au niveau actuel compris entre 6,5 et 8,5 euros par minute en métropole", ajoute l'autorité.

Les observateurs soulignent que la baisse réglementée du prix des textos a suscité une multiplication des offres de textos illimités pour les jeunes et a contribué à l'explosion de l'usage de ces messages dans cette tranche d'âge.

Nathalie Meistermann, édité par Jean-Michel Bélot