22 octobre 2008 / 12:07 / il y a 9 ans

Wavecom conteste le prix de l'OPA de Gemalto, pas sa stratégie

PARIS (Reuters) - Le spécialiste de la communication sans fil Wavecom conteste de nouveau le prix de l‘OPA hostile du fabricant de cartes Gemalto tout en défendant la stratégie d‘alliance de son prédateur.

Gemalto a annoncé le 6 octobre un projet d‘OPA à 7 euros par action, soit une prime de 72% sur le cours de la veille, valorisant Wavecom environ 110 millions d‘euros.

“Pour Gemalto, nous sommes extrêmement intéressants stratégiquement (...) En termes de complémentarité, c‘est très logique”, a déclaré Ron Black, le directeur général de Wavecom, lors d‘une réunion de présentation des résultats semestriels.

Pas moins de 9 diapositives vantaient les mérites du mariage pour Gemalto qui est confronté au marché saturé de la téléphonie mobile, tout en défendant les perspectives à moyen terme de Wavecom en solo.

“C‘est une opération asymétrique (...) Wavecom est très bien seul. Nous nous portons bien, nous avons beaucoup de cash”, a-t-il souligné.

Prié de dire si l‘opposition de la direction et du conseil d‘administration à l‘OPA de Gemalto n’était qu‘une question de prix, il a répondu : “C‘est toujours une question de prix.”

Wavecom a essuyé une perte nette de 4,1 millions d‘euros au troisième trimestre, contre un bénéfice de 3,3 millions un an plus tôt sur un chiffre d‘affaires quasiment divisé par deux à 28,9 millions d‘euros contre 52,4 millions.

Cette dégradation s‘explique par le ralentissement du marché de l‘automobile aux Etats-Unis (40% de ses revenus) et de l‘immobilier. Pour répondre à cette situation, la société a mis en place un programme de réduction de coûts visant 12 à 15 millions d’économies par an.

Il s‘est refusé à donner des objectifs financiers, se bornant à citer la hausse de son carnet de commandes à 32 millions contre 30,2 millions au terme du deuxième trimestre.

“Nous sommes prudemment optimistes sur une stabilisation (du marché) et un retournement. Nous prévoyons une très bonne année 2009”, a déclaré Ron Black.

Pour un analyste parisien, l‘incertitude sur l‘environnement macro-économique et le calendrier de redressement du chiffre d‘affaires plaide en faveur de l‘offre de Gemalto. “Dans ce contexte incertain, sans prévisions de la société, si j’étais actionnaire je prendrais la prime de 72% de Gemalto”, a-t-il observé.

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below