13 octobre 2008 / 06:51 / il y a 9 ans

Publicis voit le marché publicitaire stagner au 4e trimestre

par Cyril Altmeyer

<p>Selon Maurice L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Publicis, le march&eacute; publicitaire mondial devrait stagner au quatri&egrave;me trimestre avant une ann&eacute;e 2009 qui ne devrait pas &ecirc;tre bonne. /Photo prise le 23 juillet 2008/REUTERS/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - Le marché publicitaire mondial devrait stagner au quatrième trimestre avant une année 2009 qui ne devrait pas être bonne, a estimé vendredi Maurice Lévy, président du directoire de Publicis.

Le dirigeant a ajouté que le quatrième groupe publicitaire mondial attendrait que la situation sur le système financier soit clarifiée avant d‘envisager de se lancer dans des acquisitions.

“On s‘attend plutôt à un quatrième trimestre ‘flat’ et à une année 2009 qui ne sera pas bonne, a-t-il dit au cours d‘un entretien téléphonique accordé à Reuters, on ne peut pas à ce stade faire de prévisions avec une grande précision. La visibilité est faible.”

ZenithOptimedia (groupe Publicis) a abaissé mardi de 6,6% à 4,3% sa prévision de croissance des recettes publicitaires mondiales en 2008 et de 6% à 4% pour 2009.

“On voit des coupures de budgets un peu partout. On sent bien que les annonceurs sont vraiment inquiets”, a expliqué Maurice Lévy, précisant que les secteurs de l‘automobile, de l‘immobilier et de la finance avaient été les premiers touchés.

Il a néanmoins écarté l‘hypothèse d‘un effondrement du marché.

“On ne peut pas dire qu‘on assiste à une transformation radicale du marché (...) comme on avait pu le voir après le 11 Septembre où il y avait eu des coupes sombres, immédiates et brutales (dans les budgets)”, a-t-il observé.

La croissance des marchés émergents, encore supérieure à 5%, compense la faiblesse des marchés matures, tandis qu‘internet, qui continue à afficher une croissance à deux chiffres, devrait être le seul média à tirer son épingle du jeu en cas de baisse durable des investissements publicitaires, a-t-il ajouté.

Publicis veut réaliser d‘ici à 2010 un quart de son chiffre d‘affaires dans le numérique et un autre quart dans les pays émergents, notamment à la faveur de petites acquisitions, fort d‘une réserve de liquidités disponibles de deux milliards d‘euros.

Mais dans la situation actuelle, Maurice Lévy a dit privilégier une gestion prudente des ressources du groupe.

“On est encore en train de regarder (des acquisitions éventuelles), on ne va pas se précipiter sur des opportunités”, a-t-il assuré. “Il faut déjà qu‘on ait une situation bien clarifiée avant d‘arrêter quelque décision que ce soit”.

INTERDIR LES VENTES À DÉCOUVERT DANS TOUS SECTEURS

Selon Maurice Lévy, il faudra encore quelques semaines avant que le système financier, secoué depuis la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre, se stabilise.

“Le système va encore souffrir mais au bout de quelques semaines il va se stabiliser”, a-t-il noté. “Beaucoup d‘argent aura été perdu et, avant de retrouver les signes tangibles d‘une santé, on va passer par une phase assez lente de rétablissement.”

Sans prôner une fermeture temporaire des Bourses, comme l‘a suggéré un instant vendredi le président du Conseil italien Silvio Berlusconi, Maurice Lévy préconise en revanche une interdiction des ventes à découvert sur tous les secteurs.

“Je suis d‘avis d‘arrêter les ventes à découvert pour tous les secteurs pour que les gens ne s‘enrichissent pas sur la spéculation”, a-t-il plaidé.

“Ce sont des mesures qui doivent être prises de conserve par toutes les Bourses, de manière à ce qu‘on ne joue pas avec les ventes à découvert sur tous les secteurs. Si les gens veulent prendre des risques, il faut qu‘ils le prennent avec leur propre argent”.

L‘autorité de régulation des marchés italiens, la Consob, a annoncé vendredi avoir étendu l‘interdiction des ventes à découvert à l‘ensemble des valeurs cotées à la Bourse de Milan.

En France, l‘Autorité des marchés financiers (AMF) a interdit le 22 septembre les ventes à découvert sur les valeurs du secteur financier pour une durée minimale de trois mois.

Maurice Lévy n‘a pas été en mesure de fournir de prévisions sur l‘activité de Publicis qui publiera son chiffre d‘affaires trimestriel à la fin du moins. Le groupe a enregistré au premier semestre une croissance organique de 5,4% et une marge opérationnelle de 15%, supérieure à son objectif interne de 14,7-14,8%.

Edité par Matthias Blamont

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below