9 octobre 2008 / 06:57 / il y a 9 ans

Gemalto maintient le prix de l'offre rejetée par Wavecom

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Gemalto, leader mondial des cartes à puces, a dit n'avoir "aucune intention" de relever son offre sur Wavecom que le conseil d'administration du spécialiste des communications sans fil a jugée jeudi "hostile".

Le conseil de Wavecom a estimé que l'offre de sept euros par action lancée lundi par Gemalto, valorisant le groupe à 110,6 millions d'euros, n'était ni dans l'intérêt ni de la société ni de ses actionnaires et a réaffirmé sa confiance dans son équipe dirigeante qui elle-même rejeté l'offre mardi.

"L'offre est liée à un projet industriel. Elle créera de la valeur rapidement pour les actionnaires parce que nous avons un bon prix, pour les salariés parce que le groupe se développera au sein de Gemalto", a fait valoir le directeur général de Gemalto, Olivier Piou, lors d'un entretien téléphonique accordé à Reuters. "Nous n'avons pas intention d'améliorer notre offre".

L'offre de Gemalto représente une prime de 72% sur le cours de clôture de 4,08 euros de vendredi dernier, et 20 euros par Oceane Wavecom. Elle est conditionnée à l'obtention de 50,01% du capital de l'offre à la clôture de l'offre.

Pour expliquer la résistance de certains actionnaires de Wavecom à l'offre du groupe, Olivier Piou a précisé que certains d'entre eux auraient aimé un échange d'actions, mais que ce n'était pas techniquement possible puisque seul Wavecom est coté aux Etats-Unis.

"L'occasion pour les actionnaires de Wavecom et d'accepter cette offre et d'acheter des actions Gemalto", a-t-il dit.

LA CONSOLIDATION BANCAIRE EST UNE OPPORTUNITÉ

L'action Gemalto s'adjuge 3,78% à 22,81 euros vers 11h10, tandis que Wavecom prend 1,24% à 6,54 euros.

"Wavecom estime que l'offre est sous-évaluée mais il ne l'a pas prouvé pour l'instant. C'est l'offre de Gemalto qui tient le niveau de cours", a estimé un analyste. "A ce niveau-là c'est une bonne offre et les dirigeants de Gemalto ont raison de tenir le prix".

Créée en 1993, Wavecom affiche une capitalisation boursière de plus de 100 millions d'euros contre près de deux milliards pour Gemalto - et est détenu à 22% par l'équipe de direction et les fondateurs alors que l'autocontrôle atteint 7%.

Lors d'un entretien à Reuters vendredi dernier, le directeur général de Wavecom, Ron Black, affirmait ne pas vouloir vendre car "il y a beaucoup de création de valeur devant nous".

Gemalto a motivé son offre sur Wavecom par le souci de se développer dans le segment du "machine to machine". L'opération, qui marque la première offensive de croissance externe depuis la création du groupe, issu de la fusion d'Axalto et Gemplus, en juin 2006, n'aurait pas d'impact sur ses objectifs de marge opérationnelle, toujours prévue à plus de 10% en 2009.

"Gemalto estime avoir des choses à faire dans le machine to machine même si cela ne paraissait pas forcément naturel au premier abord", a ajouté le même analyste. "A ce prix-là le ticket n'est pas très cher".

Prié de dire si Gemalto pâtissait de la crise financière actuelle, Olivier Piou a répondu qu'il percevait au contraire d'importantes opportunités pour son activité de cartes de paiement.

"Quand on voit la consolidation entre banques, il y a une opportunité de rebranding", a-t-il dit, évoquant le rachat annoncé lundi des activités belges et luxembourgeoises Fortis par BNP Paribas.

"En outre, quand les institutions financières sont en difficulté, elles ont tendance à externaliser une partie de leurs activités et à se tourner vers nous", a-t-il ajouté.

Avec les contributions de Mat Gil, Vanessa Walters et de Matthieu Protard, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below