Skype reconnaît surveiller sa messagerie instantanée en Chine

jeudi 2 octobre 2008 23h25
 

NEW YORK (Reuters) - Skype, filiale d'eBay, a reconnu jeudi que TOM-Skype, sa co-entreprise en Chine avec TOM Online, avait surveillé et stocké une partie de la messagerie instantanée de ses clients à l'insu de Skype.

Ce dernier a présenté des excuses à la suite de la publication d'une information selon laquelle le service internet surveillait les forums de discussion par le biais de mots-clés politiquement sensibles et les stockait avec des millions de données personnelles dans des ordinateurs facilement accessibles par tout un chacun, y compris les autorités chinoises.

Jennifer Caukin, porte-parole de Skype, a admis qu'il s'agissait d'une atteinte à la protection de la vie privée dans les serveurs. Elle a ajouté que le problème avait été depuis réglé.

Toutefois, elle a indiqué que Skype devrait mener de nouvelles discussions avec TOM-Skype après avoir découvert que la co-entreprise avait modifié sa politique en matière de protection de la vie privée à l'insu de Skype afin de stocker certains messages.

Caukin a déclaré qu'il n'était pas surprenant que "le gouvernement chinois puisse surveiller les communications entrant et sortant du pays".

TOM Group, maison mère de Tom Online, s'est contenté, dans un communiqué transmis par courriel, d'expliquer qu'"en tant que société chinoise, elle n'a fait qu'adhérer aux règles et réglementations en vigueur en Chine dans ce type d'opérations".

Selon une information émanant d'un observatoire de l'université de Toronto, les messages envoyés entre utilisateurs de TOM-Skype et de TOM Online étaient épluchés pour des expressions comme "indépendance de Taiwan", "Falun Gong" ou opposition au Parti communiste chinois.

Version française Jean-Loup Fievet