Un quart des téléphones iPhone d'Apple seraient "déverrouillés"

mardi 29 janvier 2008 13h47
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Plus du quart des personnes qui ont acheté un iPhone l'utiliseraient sur un réseau autre que celui de l'opérateur AT&T, pourtant choisi comme partenaire exclusif pour la vente du téléphone d'Apple aux États-Unis.

Des analystes estimaient lundi que cette proportion "impressionnante" pourrait mettre la pression sur Apple et le pousser à changer de modèle économique.

Toni Sacconaghi, analyste chez Bernstein Research, a déclaré que des analyses d'Apple et AT&T sur les chiffres de ventes montraient que près de 1,45 million de téléphones étaient "portés disparus" à la fin 2007.

Près de 480.000 de ces combinés sont vraisemblablement en stock chez l'opérateur, incitant Sacconaghi à estimer que près d'un million de modèles, soit 27% du nombre total de combinés, ont été "déverrouillés" pour fonctionner sur des réseaux autres que celui d'AT&T.

Les dirigeants d'Apple ont déclaré la semaine dernière que le nombre de téléphones déverrouillés était "important" mais n'ont pas souhaité donner d'estimations. La plupart des analystes estimaient que le nombre de combinés concernés étaient inférieur à 20%.

Des porte-parole d'Apple et d'AT&T se sont refusés à tout commentaire.

Un nombre élevé de déverrouillages poserait problème à Apple, qui perçoit d'AT&T, partenaire exclusif, une part du prix des abonnements, ce qui lui assure une marge confortable et alimente l'optimisme quant aux revenus potentiels.

Sacconaghi estime que si Apple atteint son objectif de 10 millions d'iPhone vendus à la fin de l'année 2008 mais que 30% d'entre eux ne génèrent aucun reversement de la part de l'opérateur, son chiffre d'affaires et son bénéfice seront inférieurs de 500 millions de dollars et de 37 cents par action à ses prévisions.

Si Apple s'attaque aux téléphones déverrouillés, il pourrait préserver sa marge mais il n'atteindrait pas son objectif de ventes, alors que s'il laisse faire, il deviendra plus difficile de conclure des partages de revenus similaires à ceux qu'il a négocié jusqu'ici et sa rentabilité diminuera.

"Hormis les implications financières, nous pensons que le grand nombre d'iPhone déverrouillés représente un dilemme stratégique pour Apple", dit Sacconaghi.

Scott Hillis, version française Patrice Mancino

 
<p>Plus du quart des personnes qui ont achet&eacute; un iPhone l'utiliseraient sur un r&eacute;seau autre que celui du partenaire exclusif choisi par Apple. Toni Sacconaghi, analyste chez Bernstein Research, a d&eacute;clar&eacute; que des analyses d'Apple et AT&amp;T sur les chiffres de ventes montraient que pr&egrave;s de 1,45 million de t&eacute;l&eacute;phones &eacute;taient "port&eacute;s disparus" &agrave; la fin 2007. /Photo prise le 19 septembre 2007/REUTERS/Fabrizio Bensch</p>