Bruxelles cible les escroqueries aux billets d'avions sur le web

jeudi 8 mai 2008 15h36
 

par Yves Clarisse

BRUXELLES (Reuters) - Les citoyens européens qui achètent des billets d'avion sur internet sont "escroqués" une fois sur trois, a annoncé la Commission européenne, qui a menacé compagnies aériennes et voyagistes de sanctions.

Quinze pays de l'Union européenne et la Norvège ont participé à une enquête sur les sites internet qui sont de plus en plus fréquemment utilisés pour réserver des trajets et les résultats ont visiblement choqué la commissaire européenne chargée de la Protection de consommateurs, Meglena Kuneva.

"Il est inacceptable qu'un consommateur sur trois qui souhaite réserver un billet d'avion soit escroqué, induit en erreur ou désorienté", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse en parlant de "problèmes graves et persistants".

La moitié des sites internet des compagnies aériennes régulières et à bas prix ainsi que ceux des voyagistes posent problème, a-t-elle expliqué tout en notant que 50% des problèmes ont été résolus après intervention des autorités nationales.

Kuneva a annoncé que les acteurs du secteur devaient améliorer la situation avant le 1er mai 2009, faute de quoi la Commission européenne n'hésiterait pas à adopter une législation contraignante pour mettre fin à ces pratiques.

"Agissez sans tarder, ou c'est nous qui agirons. Le secteur des transports aériens devra fournir des preuves tangibles d'amélioration, en assainissant ses pratiques et stratégies commerciales d'ici le 1er mai de l'année prochaine, ou bien nous nous verrons contraints d'intervenir", a-t-elle déclaré.

La Commission peut par exemple demander à un gouvernement de fermer un site à problème et les autorités nationales qui ne se conformeraient pas à cette injonction pourront être poursuivies devant la Cour de justice de l'Union européenne.

PUBLICITÉ MENSONGÈRE   Suite...

 
<p>Les citoyens europ&eacute;ens qui ach&egrave;tent des billets d'avion sur internet sont "escroqu&eacute;s" une fois sur trois, annonce la Commission europ&eacute;enne, qui menace compagnies a&eacute;riennes et voyagistes de sanctions. Indications de prix trompeuses, offres promotionnelles introuvables, clauses contractuelles d&eacute;loyales, comme les options pr&eacute;s&eacute;lectionn&eacute;es pr&eacute;voyant par exemple une assurance contre la perte de bagages qu'un consommateur distrait risque d'oublier d'annuler, contrats r&eacute;dig&eacute;s dans une autre langue que celle du consommateur: la panoplie est large. /Photo prise le 29 novembre 2007/REUTERS/Mario Anzuoni</p>