Les télécoms répercuteraient toute taxe pour la TV publique

mardi 17 juin 2008 18h02
 

par Julien Toyer

PARIS (Reuters) - Une éventuelle taxe destinée à financer la télévision publique pourrait coûter jusqu'à 400 millions d'euros par an aux opérateurs télécoms et serait répercutée sur la facture des usagers, a fait savoir mardi la Fédération française des télécoms (FFT).

La commission Copé, chargée de faire des propositions sur le financement de France Télévisions après l'arrêt de la publicité, préconise d'instaurer une taxe de 0,5% sur le chiffre d'affaires global des opérateurs de télécommunications, visant à dégager quelque 210 millions d'euros par an.

Dans une interview à Reuters, le directeur général de la FFT, Yves Le Mouël, a déclaré que les opérateurs télécoms étaient "extrêmement méfiants" face à cette taxe, qu'il a évaluée dans une fourchette comprise entre 200 et 400 millions d'euros.

"Nous n'avons pas de chiffres définitifs, cela dépend du scénario retenu (...) Mais ce que nous percevons dans le projet de la commission, c'est qu'il n'y a pas d'alternative à taxer les opérateurs (...) Les 210 millions d'euros avancés sont un curseur a minima et rien ne dit que la taxe initiale n'augmentera pas par la suite", a-t-il expliqué.

Dans une lettre envoyée mardi à Jean-François Copé et que s'est procurée Reuters, Frank Esser, président de la FFT et P-DG de SFR, écrit qu'une telle taxe "serait extrêmement dangereuse pour le secteur".

"C'est pourquoi, dans le cas où nos entreprises seraient amenées à supporter une taxation spécifique, elles pourraient n'avoir d'autre choix que de la répercuter sur leurs factures", ajoute-t-il. De façon plus explicite, il indique plus loin que ce serait une "conséquence inéluctable".

ALLER JUSQU'AU BOUT JURIDIQUEMENT

La FFT se dit néanmoins prête à réfléchir à "tout mécanisme nouveau qui contribuerait au financement de la télévision publique dans le respect des principes d'égalité devant les charges publiques et de non discrimination".   Suite...