Nokia optimiste pour 2008 après un bon deuxième trimestre

jeudi 17 juillet 2008 18h25
 

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - Le finlandais Nokia a rassuré les marchés jeudi en publiant des résultats trimestriels globalement conformes aux attentes, démonstration de sa capacité à écouler ses combinés dans des périodes économiques difficiles.

L'action Nokia a clôturé en hausse de 7,87%, à 17,00 euros après avoir un moment gagné 10%.

"Si nous regardons le reste de l'année, nous sommes optimistes et nous avons de bons retours sur une large gamme de nouveaux produits que nous allons prévoyons de vendre", a déclaré le directeur général du groupe finlandais Olli-Pekka Kallasvuo dans un communiqué.

Le modèle haut de gamme N96 sera mis en vente d'ici la fin septembre et des appareils à écran tactile feront également leur apparition avant fin 2008 pour concurrencer l'iPhone d'Apple.

Nokia a légèrement relevé sa prévision de croissance du marché des mobiles. Le groupe table au moins sur une hausse de 10% en volume en 2008. Il anticipait auparavant "environ" 10%.

"La légère hausse de prévision (...) montre vraiment que Nokia s'en tire plutôt bien face aux problèmes économiques", estime Richard Windsor, analyste chez Nomura.

"Ces problèmes sont particulièrement présents dans les marchés développés et c'est pour cela qu'il y a une hausse de soulagement sur le titre", ajoute-t-il.

Le bénéfice par action de Nokia est ressorti à 0,36 euro au deuxième trimestre contre 0,32 euro sur la même période en 2007.   Suite...

 
<p>Le finlandais Nokia publie un b&eacute;n&eacute;fice hors exceptionnels conforme aux attentes, port&eacute; par la forte demande pour ses mod&egrave;les d'entr&eacute;e de gamme sur les march&eacute;s &eacute;mergents tels que l'Inde. Le premier fabricant mondial de t&eacute;l&eacute;phones portables a pr&eacute;cis&eacute; que son b&eacute;n&eacute;fice par action au deuxi&egrave;me trimestre &eacute;tait de 0,36 euro contre 0,32 euro sur la m&ecirc;me p&eacute;riode en 2007. /Photo prise le 9 juillet 2008/REUTERS/Bob Strong</p>