July 17, 2008 / 10:45 AM / 9 years ago

Les SMS jugés trop chers en France, Luc Chatel promet d'agir

4 MINUTES DE LECTURE

<p>L'autorit&eacute; de r&eacute;gulation des t&eacute;l&eacute;communications (Arcep) a remis au secr&eacute;taire d'Etat charg&eacute; de la Consommation, Luc Chatel, un rapport tr&egrave;s critique pour les op&eacute;rateurs de t&eacute;l&eacute;phonie mobile, peut-on lire dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le rapport souligne que "le niveau &eacute;lev&eacute; et stable des prix de d&eacute;tail et de gros semble insatisfaisant" en pr&eacute;cisant que "le prix du SMS n'a pas &eacute;volu&eacute; depuis 2005" chez les trois grands op&eacute;rateurs (Bouygues T&eacute;l&eacute;com, Orange et SFR) alors les op&eacute;rateurs alternatifs "ont pratiqu&eacute; une tarification de rupture d&egrave;s leur lancement". /Photo d'archives/Vivek Prakash</p>

PARIS (Reuters) - Un rapport de l'autorité de régulation des télécommunications dévoilé ce mercredi juge excessifs les prix des SMS, ce qui a amené le secrétaire d'Etat à la Consommation Luc Chatel à promettre une action.

Le rapport de l'Arcep (ancienne ART), dont le Parisien-Aujourd'hui en France publie des extraits, estime que "le niveau élevé et stable des prix de détail et de gros semble insatisfaisant".

Il note que "le prix du SMS n'a pas évolué depuis 2005" chez les trois grands opérateurs (Orange, SFR et Bouygues Telecom) alors les opérateurs mobiles sans réseau (MVNO) "ont pratiqué une tarification de rupture dès leur lancement".

L'Arcep cite un tarif de 13 centimes d'euro par SMS chez Orange, de 15 centimes chez SFR et de 12 centimes chez Bouygues Telecom.

Un porte-parole de l'Arcep a confirmé la remise à Luc Chatel du rapport commandé en avril, mais qui n'a pas encore été rendu public.

"S'il y a eu des efforts menés par les opérateurs dans le cadre des forfaits, il n'y en a pas eu dans le domaine des SMS vendus à l'unité", a déclaré Luc Chatel lors de son point de presse à l'issue du conseil des ministres.

Il estime que les SMS en question concernent en premier lieu les jeunes et les personnes en difficulté, car ils sont plus économiques que les conversations.

"C'est la raison pour laquelle j'ai demandé aux opérateurs (...) de regarder comment ils pouvaient aller vers une baisse des facturations des SMS vendus à l'unité", a-t-il dit, annonçant la mise en place d'un "code de bonne pratique".

Selon les derniers chiffres publiés par l'Arcep, les Français envoient en moyenne 42,5 SMS par mois.

"Mon rôle est à la fois d'encourager les opérateurs de téléphonie à baisser le coût des SMS et de favoriser une plus grande concurrence entre les opérateurs", a-t-il ajouté.

Le gouvernement a fait savoir fin avril qu'il comptait étudier les manières de favoriser le développement de la quinzaine de MVNO qui se partagent 5% du marché français.

Ces opérateurs MVNO (Mobile virtual network operators), n'exploitent pas d'infrastructure de réseau propres et passent donc des accords avec les opérateurs mobiles traditionnels pour leur acheter un forfait d'utilisation et le revendre sous leurs propres marques à leurs clients.

L'étude de l'Arcep envisage une intervention européenne pour renforcer la concurrence afin de faire baisser les prix dans le secteur, précise également Le Parisien.

Viviane Reding, commissaire européenne en charge des télécoms, a déclaré mardi que les opérateurs mobiles devraient réduire des deux tiers le coûts des SMS échangés d'un pays à l'autre au sein de l'Union européenne, en vertu d'une règlementation qu'elle présentera en octobre.

Baptiste Cordier et Cyril Altmeyer, édité par Thierry Lévêque

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below