21 janvier 2008 / 10:18 / il y a 10 ans

JO 2008: les 14 millions de billets portent une puce française

par Sophie Greuil

VALBONNE, Alpes-Maritimes (Reuters) - Quatorze millions de billets édités pour les spectateurs des Jeux olympiques de Pékin, en août prochain, sont munis d‘une puce française insérée grâce au savoir-faire d‘une société azuréenne.

Pour la première fois de son histoire, le billet olympique sera muni de ce système permettant sans contact, mais juste en passant devant un lecteur, de réguler facilement les flots de spectateurs, de lutter efficacement contre le marché noir et, surtout, d‘optimiser la sécurité des sites.

À “J-200 jours”, Bruno Moreau, le président-directeur général de la société ASK., raconte à Reuters l‘histoire de ce sésame de vingt centimètres sur neuf en carton léger, abritant une puce invisible de deux millimètres et de 512 bits, permettant d‘accéder aux épreuves et aux cérémonies.

“En 2006, nous nous sommes implantés en Chine via un partenariat avec la principale université de Pékin, grande comme un arrondissement parisien. Aujourd‘hui, notre usine est à 50 km au nord de Pékin dans un hameau d‘un million d‘habitants”.

Après avoir montré patte blanche à l‘entrée de la société certifiée bancaire basée à Valbonne sur le gigantesque pôle économique de Sophia-Antipolis, la blouse blanche est de rigueur à l‘entrée des ateliers de sérigraphie.

EXPOSITION UNIVERSELLE

Autour de rouleaux géants truffées de puces et détestant la poussière, s‘affaire une centaine de jeunes employés ayant déjà fabriqué 100 millions de produits et 65 millions de tickets. Ils avaient déjà aussi travaillé pour les Jeux olympiques de Turin en 2006.

En effet, leur société avait enfanté la carte à puce recélant un billet et un titre de transport.

Cette fois-ci, alliée à Tsing Hua Ton Fang, le troisième fabricant chinois de PC, les Français spécialistes de cette technologie “sans contact” ont décroché “à la mi-2007 un marché à honorer avant la fin mars”.

Déjà papa d‘une large gamme de cartes comme Navigo et Vélib et futur papa du permis de conduire américain de la taille d‘une carte bancaire, Bruno Moreau, décontracté co-fondateur de la société, 56 ans, présente son bébé.

“Tous les billets olympiques sont fabriqués en Chine, la puce est fondue dans les forges chinoises mais la technologie de son insert, accompagnée par son antenne imprimée avec une encre argent conductrice, est la nôtre”, explique-t-il.

Dans sa tête et dans les faits, la commande est quasiment honorée. Alors, son espoir se tourne déjà vers un autre marché colossal “pas encore signé”, pour les 70 millions de billets de l‘Exposition Universelle de Shanghai en 2010.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below