21 janvier 2008 / 08:23 / dans 10 ans

Fujitsu regroupe ses semi-conducteurs dans une entité séparée

<p>Le groupe d'&eacute;lectronique japonais Fujitsu compte regrouper ses semi-conducteurs dans une entit&eacute; s&eacute;par&eacute;e, alors qu'une vague de consolidation touche les fondeurs japonais afin de mieux supporter des co&ucirc;ts de d&eacute;veloppement tr&egrave;s &eacute;lev&eacute;s. /Photo d'archives/REUTERS/Chip East</p>

TOKYO (Reuters) - Le groupe d’électronique japonais Fujitsu compte regrouper ses semi-conducteurs dans une entité séparée, une décision qui pourrait faciliter des alliances.

Une vague de consolidation touche les fondeurs japonais et même des poids lourds tels qu‘IBM et Samsung opèrent des rapprochements pour pouvoir supporter des coûts de développement très élevés.

IBM et Samsung font équipe avec Infineon, Freescale Chartered Semiconductor, STMicroelectronics et Toshiba pour développer la prochaine génération de puces de 32 nanomètres.

NEC Electronics est également présent sur cette puce et fait cause commune lui aussi avec Toshiba.

Matsushita Electric Industrial et Renesas, une coentreprise non cotée d‘Hitachi et de Mitsubishi Electric, envisagent parallèlement le développement commun de puces de 32 nm. Autant d‘annonces d‘alliances qui laissent Fujitsu bien esseulé.

La division de semi-conducteurs de Fujitsu est affectée par la baisse des prix et une érosion continue de ses profits. La décision de Fujitsu laisse cependant les analystes sceptiques.

“C‘est le début d‘une consolidation à la japonaise, un processus lent aux étapes multiples”, résume Yoshihisa Toyosaki, président du consultant J-Star, jugeant que réorganiser sans changer le propriétaire n‘a aucun sens.

Selon lui, Fujitsu risque de conserver l‘entière propriété de la nouvelle structure pendant un bon moment faute d‘acheteurs.

Des responsables de Fujitsu ont dit que la filiale de semi-conducteurs, qui équipe aussi bien des appareils photo numériques que des télévisions à écrans plats ou encore de gros calculateurs, devrait dégager un bénéfice de trois milliards de yens (28,10 millions de dollars) sur l‘exercice clos le 31 mars prochain pour un chiffre d‘affaires de 530 milliards de yens, donnant une marge bénéficiaire de 0,6%.

“Nos clients louent sans cesse la qualité de nos produits. Mais le principal problème, qui s‘est posé de tout temps, est celui de la conscience des coûts; beaucoup de produits sont trop chers et comportent des éléments dont nos clients n‘ont pas forcément l‘usage”, déclarait le président de Fujitsu Hiroaki Kurokawa à la presse la semaine dernière.

L‘action Fujitsu a clôturé en baisse de 1,7% à 714 yens à Tokyo.

Mayumi Negishi et Taiga Uranaka, version française Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below