France Télécom retarde le déploiement du réseau de fibre optique

mercredi 10 septembre 2008 19h45
 

PARIS (Reuters) - France Télécom a admis que le déploiement à grande échelle de son réseau internet à très haut débit via la fibre optique était retardé d'un an.

Une des raisons du retard pris par France Télécom réside dans une clarification incomplète du cadre réglementaire, a déclaré un porte-parole de l'opérateur télécom, "il apparaît probable que la phase de 'prédéploiement' se poursuive au-delà de 2008 et qu'une décision sur un investissement massif intervienne au plus tôt au cours de l'année 2009 pour une mise en oeuvre partielle à partir de 2010", a-t-il dit.

Le porte-parole a ainsi confirmé des déclarations parues mardi dans la Correspondance de la presse.

Dans la lettre, le directeur exécutif France de France Télécom, Louis-Pierre Wenes, affirme : "Nous aurons probablement un an de retard par rapport à ce que nous avions prévu il y a 18 mois. Ce que nous devions lancer début 2009 interviendra plutôt début 2010" en raison de "phases de discussions plus longues que prévu".

Ces propos ont été rapportés alors que Louis-Pierre Wenes s'exprimait à l'occasion de la conférence "i2010: quelle société de l'information pour demain".

En décembre 2006, France Télécom avait annoncé un "'prédéploiement' de son réseau très haut débit en France" en 2007 et 2008. Cette première phase, qui visait à raccorder à la fibre de 150.000 à 200.000 clients sur plus d'un million de clients raccordables fin 2008, devait représenter un investissement total d'environ 270 millions d'euros.

Le porte-parole de France Télécom a reconnu que l'offre fibre lancée en 2007 ne "comptait au 30 juin 2008 que 14.200 clients sur Paris, l'Ile-de-France et 10 villes françaises, ce qui est en décalage par rapport à nos prévisions."

"A ce jour (30 juin, ndlr) nous avons investi près de 120 millions d'euros dans le projet", a-t-il ajouté.

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

 
<p>France T&eacute;l&eacute;com a admis que le d&eacute;ploiement &agrave; grande &eacute;chelle de son r&eacute;seau internet &agrave; tr&egrave;s haut d&eacute;bit via la fibre optique &eacute;tait retard&eacute; d'un an. Une des raisons r&eacute;side dans une clarification incompl&egrave;te du cadre r&eacute;glementaire, a d&eacute;clar&eacute; un porte-parole de l'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;com. /Photo d'archives/REUTERS/Victor Fraile</p>