La division puces de Fujitsu discute partenariat

mercredi 10 septembre 2008 14h59
 

par Kiyoshi Takenaka et Kentaro Hamada

TOKYO (Reuters) - La division microprocesseurs de Fujitsu annonce être en discussions avec d'autres fabricants japonais et étrangers de semi-conducteurs au sujet d'alliances potentielles allant du co-développement de puces de pointe à l'intégration d'activités.

Fujitsu Microelectronics, née en mars de la volonté du géant informatique japonais de constituer une entité distincte pour ses activités microprocesseurs en difficultés, a également indiqué à Reuters que ses objectifs pour l'exercice qui s'achève en mars 2009 seraient difficiles à atteindre, notamment du fait de la flambée du coût des matières premières et des dégâts causés à une de ses usines par un tremblement de terre.

"Du co-développement à l'intégration des activités, nous disposons de quelques voies potentielles dans lesquelles nous sommes susceptibles de nous engager. Nous maintenons la porte ouverte sur toutes ces options et nos discussions ne portent pas encore sur des points spécifiques", a déclaré Haruki Okada, président de Fujitsu Microelectronics.

Matsushita Electric Industrial, le fabricant des produits commercialisés sous la marque Panasonic, s'est déjà allié avec la firme non cotée Renesas, tandis que NEC Electronics collabore avec Toshiba pour développer des puces plus puissantes avec des circuits intégrés de nouvelle génération.

La miniaturisation des circuits intégrés permet la production de puces de plus petite taille et assure aux fabricants des économies de coûts de production, mais elle nécessite aussi des investissements initiaux plus lourds, incitant donc les fabricants de microprocesseurs à conclure des partenariats.

Haruki Okada espère parvenir à une décision préliminaire sur d'éventuelles alliances d'ici au mois de mars.

"Vous pourriez vous demander ce qui nous empêche de parvenir plus rapidement à une décision. Mais les alliances ne sont pas faciles à mettre sur pied. Chaque société a son propre calendrier et sa propre structure d'activité", a-t-il précisé.

Les fabricants de puces japonais ont dominé l'industrie des semi-conducteurs à la fin des années 80 mais leur situation a progressivement été écornée faute d'avoir pu sécuriser une part importante du marché de produits-clés comme les microprocesseurs pour PC et les puces pour mobiles.   Suite...