Droits d'auteur sur le net: Maurice Lévy veut la licence globale

mardi 29 janvier 2008 13h14
 

PARIS (Reuters) - La licence globale est la moins mauvaise solution pour résoudre la question des droits d'auteur sur l'internet, déclare Maurice Lévy, président de Publicis et qui a co-dirigé une commission sur l'économie de l'immatériel ayant remis son rapport en 2006.

"Il n'y a pas de solution parfaite. Je suis contre la coercition et je suis contre le vol du travail des autres", a-t-il dit lors d'une réunion de presse.

Il a expliqué qu'il fallait un travail d'éducation car les jeunes n'ont pas conscience d'agir illégalement en téléchargeant des fichiers musicaux ou vidéo sur l'internet.

"Ce travail jusqu'à présent a été extrêmement mal fait. La solution la moins mauvaise, c'est la licence globale".

Le principe de la licence globale consiste à faire verser par les fournisseurs d'accès internet une contribution aux droits d'auteur en fonction du volume de téléchargements.

La Commission sur la libération de la croissance présidé par Jacques Attali, qui a remis la semaine dernière son rapport au président de la République, soutient cette idée qui suscite toutefois des oppositions au sein du gouvernement.

Maurice Lévy a tiré un bilan positif de la commission de l'économie de l'immatériel qu'il a présidée avec Jean-Pierre Jouyet, devenu depuis secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. Il a d'ailleurs noté que la Commission Attali avait repris 22 de ses propositions.

"Le bilan est encourageant puisqu'environ la moitié des 70 propositions ont été ou sont en train d'êtres mises en oeuvre", a-t-il dit en soulignant que ce travail avait pour but de doper la croissance économique d'un point supplémentaire.

Il a cité des avancées au sujet des universités, de la recherche, des petites et moyennes entreprises innovantes.   Suite...