Le chinois Alibaba chercherait des remplaçants à Yahoo

mercredi 19 mars 2008 09h14
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Le groupe de services internet chinois Alibaba Group cherche des investisseurs pour remplacer Yahoo qui détient 39% de son capital, indique-t-on de source proche du dossier en soulignant un projet visant à empêcher Microsoft d'acquérir cette participation.

L'initiative d'Alibaba montre qu'il estime Microsoft en mesure de faire aboutir son offre de 42,4 milliards de dollars sur Yahoo et que, le cas échéant, le chinois préférerait accroître son indépendance, ajoute-t-on.

Alibaba pense que son accord de 2005 avec Yahoo lui donne "un droit de priorité" pour racheter la part détenue par Yahoo, dit-on.

Dans le même temps, les trois dirigeants de Yahoo, son directeur général Jerry Yang, son président Susan Decker et son directeur financier Blake Jorgensen, ont entamé une tournée pour chercher des soutiens auprès de grands investisseurs institutionnels américains et démontrer que l'offre de Microsoft est sous-évaluée, indique-t-on selon une autre source.

Yahoo et Alibaba se sont refusés à tout commentaire.

Le titre Alibaba, coté à Hong Kong, a fait un bond de plus de 12% mercredi, après avoir abandonné plus d'un cinquième de sa valeur la veille, ce qui l'a ramené en dessous de son cours d'introduction, en raison de son exposition au ralentissement économique américain.

L'accord de 2005 avait permis de fusionner les activités de Yahoo en Chine avec celles d'Alibaba en échange d'une participation de 39% de l'américain dans Alibaba Group.

A la fin de l'an dernier, Alibaba a introduit en Bourse avec succès son site de commerce en ligne Alibaba. L'opération a suscité une centaine de milliards de dollars d'ordres auprès d'investisseurs institutionnels américains et asiatiques.

Anupreeta Das, version française Dominique Rodriguez

 
<p>Le groupe de services internet chinois Alibaba Group cherche des investisseurs pour remplacer Yahoo qui d&eacute;tient 39% de son capital, indique-t-on de source proche du dossier. L'initiative viseraient &eacute;galement &agrave; emp&ecirc;cher Microsoft d'acqu&eacute;rir cette participation. /Photo prise le 22 octobre 2007/REUTERS/Bobby Yip</p>