Londres veut lutter contre la propagande extrémiste sur le Net

jeudi 17 janvier 2008 14h57
 

LONDRES (Reuters) - La ministre de l'Intérieur britannique Jacqui Smith plaide pour des mesures contre la diffusion d'une propagande radicale islamiste sur internet.

Dans un discours prononcé lors d'une conférence sur la sécurité, Jacqui Smith a établi un parallèle entre le recrutement de jeunes gens par des activistes et la chasse aux mineurs menée par les pédophiles sur la Toile.

"Soyons clairs, internet n'est pas une zone de non-droit pour le gouvernement", a martelé Jacqui Smith. "Si nous sommes prêts à prendre des mesures pour empêcher l'augmentation du nombre de jeunes gens vulnérables sur les sites communautaires, je pense qu'il nous faut aussi prendre des mesures contre ceux qui forment ces gens vulnérables pour les besoins de l'extrémisme violent."

Smith prévoit de consulter le secteur internet dans les semaines à venir. Elle espère la création de filtres qui permettraient de retirer certains contenus du Web comme le font les paramètres de contrôle parental.

De nombreux utilisateurs d'internet restent sceptiques sur ce genre d'actions étant donné le caractère international de la Toile. La fermeture d'un site dans un pays n'empêche pas sa renaissance dans un autre.

La Commission européenne avait envisagé l'an dernier de bloquer certains contenus, ayant trait par exemple à la fabrication de bombes, mais a renoncé à son projet.

Les fournisseurs d'accès à internet collaborent déjà avec les autorités pour filtrer certains contenus illicites, comme tout ce qui a trait à la pédophilie, mais soulignent que la lutte contre l'activisme idéologique englobe des questions plus vastes touchant à la liberté d'expression et reste beaucoup plus délicate à mettre en oeuvre.

"Ce n'est pas parce que c'est difficile que nous ne devons pas essayer", a fait valoir Jacqui Smith.

Mark Trevelyan, version française Jean-Stéphane Brosse

 
<p>La ministre de l'Int&eacute;rieur britannique Jacqui Smith plaide pour des mesures contre la diffusion d'une propagande radicale islamiste sur internet. /Photo d'archives/REUTERS</p>