Une taxe sur les nouveaux moyens de communication

jeudi 17 janvier 2008 14h08
 

PARIS (Reuters) - Le président Nicolas Sarkozy annonce que la suppression de la publicité sur les chaînes de télévision publiques sera "compensée intégralement", ajoutant que Radio France devrait s'engager dans la même voie.

Lors de ses voeux aux "Forces de la Nation", le chef de l'Etat a indiqué que cette compensation prendrait la forme d'"un financement très largement mutualisé sur la totalité des nouveaux moyens de communication".

"Ce choix n'implique aucune évolution du périmètre de France Télévision", a-t-il ajouté. "Dans un souci de cohérence, je souhaite que le service public de la radio, regroupé au sein de Radio France, s'engage sur les mêmes orientations."

Le quotidien Les Echos a rapporté jeudi que le gouvernement envisageait de taxer les ventes d'ordinateurs personnels, de téléviseurs et de téléphones mobiles capables de recevoir la télévision pour financer l'audiovisuel public à compter de 2009.

Dans un communiqué, le principal syndicat professionnel du secteur informatique en France, le SFIB, a réagi en déclarant que la taxation des PC et des téléphones mobiles serait un frein à "l'indispensable développement" des technologies de l'information et de la communication (TIC).

Selon lui, les TIC représentent un marché de 112 milliards d'euros dans l'Hexagone et la France est en retard sur ses concurrents européens en termes de connexions internet et d'équipements en PC.

"La priorité est aujourd'hui de porter le taux d'équipement des foyers de 55% à 75% d'ici 2012", un objectif qui "ne peut être que très négativement impacté par une éventuelle taxation des PC", indique-t-il.

Dans une tribune publiée par Le Monde daté de vendredi, Patrick de Carolis, le président de France Télévisions, écrit que la suppression de la publicité est une idée ambitieuse "à condition que soient garantis notre indépendance, éditoriale, notre périmètre actuel et un financement pérenne et dynamique".

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou