TSMC pourrait augmenter le prix de ses semi-conducteurs

mardi 27 mai 2008 11h19
 

HSINCHU, Taiwan (Reuters) - Le taïwanais TSMC, premier sous-traitant mondial de l'industrie des semi-conducteurs, annonce qu'il pourrait relever le prix de ses produits haut de gamme, en raison de l'envolée de ses coûts, susceptible de rogner sa rentabilité.

En tant que numéro un du segment, enregistrant des ventes trois plus élevées que son concurrent le plus direct United Microelectronics (UMC), TSMC a souligné ces dernières années que, de façon générale, ses produits devraient bénéficier d'une prime par rapport à ceux de ses pairs.

"Le prix de vente moyen a chuté et les bénéfices sont sous pression. Il faut que l'on travaille ensemble pour créer de la valeur", a estimé Jason Chen, responsable des ventes et du marketing au niveau mondial, à l'occasion d'un colloque organisé par TSMC.

Il a ajouté que les variations de prix seraient essentiellement appliquées aux semi-conducteurs fabriqués à l'aide de processus technologiques avancés, sans vouloir dire quand interviendraient les hausses de prix ni leur ampleur.

"Nous devons faire face à des pressions structurelles sur nos résultats. A court terme, il y a également l'impact de l'inflation et des prix du pétrole", a poursuivi Jason Chen.

Les prix à la consommation à Taïwan ont augmenté de 3,86% en avril, l'inflation sous-jacente s'étant établie à +3,1% le mois dernier, ce qui constitue un plus haut de neuf ans.

"L'industrie des semi-conducteurs est en pleine ébullition et l'année 2008 sera meilleure que l'année prochaine", a poursuivi Jason Chen, ajoutant que TSMC tablait sur une croissance de la demande pour les micro-ordinateurs et les téléphones portables dans les pays émergents.

Les clients de TSMC sont prêts à accepter des hausses de prix, sous réserve que le groupe propose des services améliorés et des semi-conducteurs aux performances accrues, a estimé Eric Chen, analyste chez BNP Paribas.

Baker Li, version française Benoit Van Overstraeten

 
<p>Le ta&iuml;wanais TSMC, premier sous-traitant mondial de l'industrie des semi-conducteurs, pourrait relever le prix de ses produits haut de gamme, en raison de l'envol&eacute;e de ses co&ucirc;ts, susceptible de rogner sa rentabilit&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Richard Chung</p>