Feu vert européen au rachat d'Activision par Vivendi

mercredi 16 avril 2008 15h57
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a donné mercredi son feu vert au rachat de l'éditeur américain de jeux vidéo Activision par le groupe français Vivendi pour un montant de 9,85 milliards d'euros.

"La Commission a conclu que l'opération envisagée n'entraverait pas de façon significative l'exercice d'une concurrence effective dans l'Espace économique européen (EEE)", peut-on lire dans un communiqué de l'institution.

L'EEE est composé des 27 pays membres de l'UE ainsi que du Lichtenstein, de la Norvège et de l'Islande.

Aux termes du projet d'accord, Vivendi détiendra 52% des parts d'une nouvelle société appelée Activision Blizzard, dont le chiffre d'affaires annuel est estimé à 3,8 milliards de dollars, équivalent à celui d'Electronic Arts, le numéro un mondial dans l'édition de jeux vidéo.

Activision développe, édite et distribue des logiciels de jeux pour les PC, les consoles de jeux vidéo et les consoles portables, mais est peu présent dans les jeux en ligne.

Vivendi est un groupe de communication et de médias, présent dans les secteurs de la musique, de la télévision, du cinéma, des télécommunications et des jeux vidéo.

La Commission estime que les chevauchements entre les activités de Vivendi et d'Activision en ce qui concerne l'édition de logiciels de jeux sont limités et que, pour toutes les catégories de logiciels de jeux, l'entreprise issue de la concentration continuera à être confrontée à plusieurs concurrents puissants et efficaces, tels qu'Electronic Arts et les fabricants de consoles de jeux Sony, Nintendo et Microsoft.

Une "relation verticale" existe aussi entre les activités de Vivendi exercées par l'intermédiaire de sa filiale Universal Music Group (UMG) sur le marché en amont de la concession de licences sur des droits musicaux et les activités menées par Activision sur le marché en aval de l'édition de jeux.

Les éditeurs de jeux achètent en effet des licences sur des droits musicaux pour les utiliser dans leurs jeux.

Mais l'exécutif européen a conclu que cela ne susciterait pas de problème de concurrence, les éditeurs de jeux concurrents continuant d'avoir accès à un éventail suffisamment large de droits musicaux en s'adressant à d'autres fournisseurs.

Yves Clarisse

 
<p>La Commission europ&eacute;enne a donn&eacute; mercredi son feu vert au rachat de l'&eacute;diteur am&eacute;ricain de jeux vid&eacute;o Activision par le groupe fran&ccedil;ais Vivendi pour un montant de 9,85 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Fred Prouser</p>