Microsoft cherche l'alternative pour concurrencer Google

lundi 5 mai 2008 10h26
 

par Anupreeta Das

SAN FRANCISCO (Reuters) - En ne s'alignant pas sur les exigences de Yahoo, Microsoft garde la capacité et les fonds pour conclure une multitude d'accords, mais peu d'entre eux lui offriraient autant qu'un partenariat avec le portail internet.

Quand Steve Ballmer, directeur général de Microsoft, a retiré son offre de 47,5 milliards de dollars (30 milliards d'euros environ) il a renoncé à ce que lui et le marché percevaient comme la meilleure perspective de croissance rapide dans le domaine de la publicité et des services en ligne, la meilleure également pour concurrencer Google.

Lundi, le marché devrait accueillir favorablement le renoncement de Microsoft, mais il regrette à l'inverse l'entêtement de Yahoo. À 08h00 GMT, Yahoo perdait 17,2% à la Bourse de Francfort dans les premiers échanges à 14,88 euros, soit 23 dollars. Samedi, lors de sa dernière offre, Microsoft proposait 33 dollars par action.

"En fin de compte, notre objectif est de bâtir un géant de la recherche, de la publicité en ligne, des médias et des réseaux sociaux", écrit Steve Ballmer dans un courrier adressé dimanche à ses salariés et dont Reuters a eu connaissance.

"Même si l'acquisition de Yahoo nous aurait permis d'atteindre nos objectifs plus rapidement, je suis convaincu que nous pourrons atteindre ces objectifs sans Yahoo."

Selon lui, Microsoft pourrait y parvenir seul, mais un autre scénario à la faveur du marché, celui qui voit la firme de Seattle utiliser les capitaux prévus pour racheter Yahoo afin de réaliser des acquisitions de moindre importance ou de nouer des partenariats stratégiques.

Ils pourraient prendre la forme d'un rapprochement avec la filiale AOL de Time Warner ou avec Fox Interactive Unit, celle de News Corp, qui comprend, entre autres, le populaire site de socialisation MySpace.

Les dirigeants d'AOL avaient approché Microsoft lorsque Steve Ballmer avait fixé un délai de réflexion de trois semaines à Yahoo pour accepter ou rejeter son offre.   Suite...

 
<p>Steve Ballmer, directeur g&eacute;n&eacute;ral de Microsoft, a retir&eacute; son offre de 47,5 milliards de dollars sur Yahoo et renonc&eacute; &agrave; ce que lui et le march&eacute; percevaient comme la meilleure perspective de croissance rapide dans le domaine de la publicit&eacute; et des services en ligne, la meilleure &eacute;galement pour concurrencer Google. Microsoft garde la capacit&eacute; et les fonds pour conclure une multitude d'accords, mais peu d'entre eux lui offriraient autant qu'un partenariat avec le portail internet. /Photo prise le 3 mars 2008/REUTERS/Hannibal Hanschke</p>