14 février 2008 / 08:39 / dans 10 ans

Yahoo discute avec News Corp, les analystes sont sceptiques

<p>Yahoo discute d'un accord &eacute;ventuel avec News Corp mais de l'avis des analystes il n'en ressortira rien qui puisse contrer l'offre de quelque 42 milliards de dollars de Microsoft. /Photo prise le 1er f&eacute;vrier 2008/REUTERS/Kimberly White</p>

par Kenneth Li et Eric Auchard

NEW YORK/SAN FRANCISCO (Reuters) - Yahoo discute d‘un accord éventuel avec News Corp mais de l‘avis des analystes il n‘en ressortira rien qui puisse contrer l‘offre de quelque 42 milliards de dollars de Microsoft.

Une source au fait de la situation a dit que Yahoo et News Corp étaient en discussion mais n‘a pas pu être plus précise.

Elle n‘a pu confirmer en particulier une information donnée lundi par le blog Silicon Alley Insider selon laquelle il serait question d‘un regroupement des actifs internet des deux groupes, accompagné, suivant l‘une des propositions, d‘une injection de cash apportée par News Corp et un fonds de capital investissement non identifié.

Le Wall Street Journal écrit qu‘il serait envisagé que News Corp prenne une participation de plus de 20% dans Yahoo et que les discussions valoriseraient le site communautaire MySpace du groupe de médias de Rupert Murdoch entre six et dix milliards de dollars.

“Tout autre choix que Microsoft (...) serait lourd de conséquences”, observe l‘analyste Jeffrey Lindsay de Sanford C. Bernstein. “La direction n‘a plus tellement de temps de trouver une autre solution; fondamentalement, elle s‘est mise le dos au mur”.

Les analystes jugent qu‘un partenariat avec News Corp, par exemple, aurait des avantages stratégiques à long terme pour Yahoo mais sans donner aux actionnaires le retour sur investissement immédiat que constitue l‘offre de 31 dollars par action de Microsoft.

De ce fait, en admettant que l‘offre de Microsoft n‘aboutisse pas, l‘action Yahoo chuterait, de l‘avis des analystes. L‘action du portail internet se traitait à moins de 20 dollars avant que le numéro un mondial du logiciel dévoile son offre.

OBSTACLE INSURMONTABLE

“On peut difficilement imaginer que Rupert veuille mettre assez de cash pour rendre la transaction intéressante aux yeux des actionnaires de Yahoo”, commente Jordan Rohan (RBC Capital), tenant d‘une opinion largement répandue à Wall Street, suivant laquelle le prix proposé par Microsoft se révèlera un obstacle insurmontable pour toute éventuelle tierce partie.

L‘action Yahoo a clôturé mercredi en hausse de 1% environ à 29,88 dollars et Microsoft a gagné 2,2% à 28,96 dollars. Yahoo continue de se traiter avec une prime de 2% par rapport à l‘offre mi-cash mi-titre de Microsoft, ce qui laisse penser que les investisseurs anticipent une offre bonifiée.

En outre, au vu des données de Data Explorers, les paris contre un accord entre Microsoft et Yahoo semblent avoir diminué en Bourse ces derniers jours. Lorsque Microsoft a rendu son offre publique le 1er février, le volume d‘actions Yahoo empruntées par les “short-sellers”, ou vendeurs à découvert, et autres a monté en flèche mais il a diminué depuis mardi dernier.

Les données sur les actions empruntées sont souvent considérées comme un indicateur fiable de l‘importance des transactions à découvert parce que les “shorts” sont habituellement les plus enclins à emprunter des titres, de façon à se couvrir en cas de retournement de tendance, en l‘occurrence haussier, sur une action donnée.

Le 1er février, un pourcentage de l‘ordre de 1,98% de la capitalisation boursière de Yahoo était constitué par des actions empruntées, selon Data Explorers. Ce pourcentage était passé à 2,72% le 5 février mais au 11 février, il était retombé à 1,95%.

NE RELEVER À AUCUN PRIX

Yahoo a rejeté l‘offre de Microsoft lundi, jugeant qu‘elle valorisait mal la communauté d‘internautes utilisant son portail, ses investissements dans la publicité en ligne, son aptitude à générer du cash et enfin les perspectives de croissance des activités à l’étranger.

Microsoft a déploré ce rejet mais il juge son offre parfaitement équitable et entend prendre “toutes mesures utiles” sans plus de précision.

Le directeur général de Yahoo, Jerry Yang, s‘est adressé mercredi aux actionnaires par courrier pour plaider l‘indépendance du groupe, reprenant pour l‘essentiel les arguments figurant dans un communiqué adressé à la Securities and Exchange Commission (SEC) et dans une lettre au personnel en début de semaine.

Beaucoup d‘analystes pensent que Microsoft améliorera son offre pour la porter à 35 dollars l‘action au moins, voire à 40 dollars.

Cette perspective n‘enchante pas certains actionnaires de Microsoft, comme le gérant Bob Olstein, détenteur d‘un million d‘actions Microsoft environ, et qui pousse le géant de Redmond à faire une offre toute en cash pour éviter d‘avoir à la relever.

“Il ne faut à aucun prix augmenter le prix”, écrit Olstein dans un courrier daté du 12 février et adressé au directeur financier Chris Liddell. Ce courrier a été rendu public mercredi. “Nous pensons que votre offre récente sur Yahoo est sensiblement supérieure à la valeur de Yahoo en tant qu‘entité indépendante”.

Olstein a calculé qu‘une offre toute en titres diluerait le résultat de Microsoft de 19 cents par action, alors qu‘une offre toute en cash ne produirait qu‘une dilution de sept cents.

Microsoft, qui dispose d‘un trésor de guerre de 21,3 milliards de dollars, devrait emprunter s‘il faisait une offre intégralement en numéraire.

Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below