26 juin 2008 / 06:53 / dans 9 ans

Les fabricants chinois de portables menacés par les imitations

<p>Les grands fabricants chinois de t&eacute;l&eacute;phones portables, comme Ningbo Bird, s'inqui&egrave;tent de la prolif&eacute;ration des imitations dans le monde sans piti&eacute; des fabricants de combin&eacute;s d'entr&eacute;e de gamme. /Photo d'archives/REUTERS/Nir Elias</p>

par Zhou Xin

PÉKIN (Reuters) - Les grands fabricants chinois de téléphones portables, comme Ningbo Bird, s‘inquiètent de la prolifération des imitations dans le monde sans pitié des fabricants de combinés d‘entrée de gamme.

La Chine est le plus grand marché au monde pour les téléphones portables mais les marques domestiques comme Ningbo Bird et Amoi, confrontées à une concurrence féroce venue de petits fabricants locaux, dont certains sont spécialisés dans les téléphones au rabais, ont dû céder du terrain face aux groupes étrangers.

“Un amateur de Nokia ne sera pas mon client mais ceux qui utilisent des combinés Ningbo Bird sont vraiment impatients d‘essayer mes produits”, a déclaré Fu Jiangang, propriétaire d‘un site internet qui vend des téléphones portables piratés ou non enregistrés.

Fu envisage désormais de sortir une nouvelle version de son Hiphone, en référence à l‘iPhone d‘Apple, qu‘il vend à un prix sans commune mesure.

Les combinés vendus par Fu sont fabriqués dans quatre petites usines d‘assemblage situées à Shenzen, dans le sud de la Chine, et détenues par un associé. Fu vend chaque mois des centaines de téléphones et cible les agriculteurs, les saisonniers et les utilisateurs à faibles revenus pour accroître son réseau de vente.

“Vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu‘un agriculteur gagnant 10.000 yuans (930 euros) par an en dépense 5.000 (470 euros) dans un nouveau téléphone”, explique Fu. “Cependant un agriculteur veut lui aussi un joli téléphone, qui puisse prendre des photos et lire de la musique.”

Ses appareils sont en concurrence sur le segment des combinés à bas prix avec ceux de Ningbo Bird et d‘autres fabricants locaux comme Konka et Lenovo.

Ningbo Bird a publié une perte de 34 millions de yuans au titre du premier trimestre, évoquant une compétition féroce sur le marché chinois, qu‘il dominait pourtant il y a quelques années. Amoi, un autre fabricant local, a lui fait état d‘une perte trimestrielle de 121 millions de yuans.

Nokia est désormais numéro un sur le marché, contrôlé à 70% par cinq fabricants étrangers, selon le cabinet Analysys International.

GUERRE DES PRIX

La région de Shenzhen, selon les données officielles, compte plus de 600 fabricants de téléphones portables et 3.000 fournisseurs de composants.

Zhu Xiang, ancien directeur d‘une usine de production de combinés à Shenzhen désormais intermédiaire entre acheteurs internationaux et producteurs locaux, juge la guerre des prix “sanglante”.

“En 2006, je gagnais 100 yuans sur un combiné”, explique Shu. “En 2007, 50 yuans et aujourd‘hui, moins de 20 yuans.”

La levée des barrières d‘entrée a attiré une armée de petits fabricants, dont d‘anciens producteurs de télécommandes TV ou de lecteurs MP3, a déclaré Fu.

Le bureau chinois des statistiques indique que le prix moyen des appareils de communication a chuté de près de 20% en mai en glissement annuel, tandis que l‘inflation a atteint 7,7%.

“Ces deux dernières années, nous avons assisté à l’émergence de noms jusque-là inconnus comme K-touch et à la chute de pionniers comme Ningbo Bird”, a déclaré Jiang Lifeng, analyste chez CCID consulting, basé à Pékin.

Selon Jiang, quelque 170 millions de combinés ont été vendus l‘année dernière en Chine et on estime que 70 millions d‘entre eux étaient piratés ou non enregistrés.

Mais la croissance rapide de concurrents ébranle le secteur.

Ren Qian, cadre chez Ferex Electronics, un fabricant de combinés de Shenzhen, estime que beaucoup de sociétés connaissent déjà des difficultés en raison des coûts de fabrication et de l‘augmentation des coûts de main-d‘oeuvre.

“Les marges bénéficiaires diminuent, les coûts augmentent, je vois beaucoup de sociétés faire faillite”, a dit Ren.

Version française Mathilde Gardin

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below