Bolloré Telecom dément discuter du Wimax avec Google et Intel

mercredi 2 juillet 2008 13h34
 

PARIS (Reuters) - Bolloré Télécom a démenti à son tour discuter avec Google et Intel Capital pour financer le déploiement de son réseau Wimax en France mais reconnaît avoir été contacté par Intel.

"Nous ne sommes en discussions ni avec Google ni avec Intel Capital. Mais nous serons peut être amenés à discuter un jour avec eux car ils sont des partenaires naturels du Wimax", a déclaré un porte-parole de l'opérateur.

"Intel a pris contact avec tous les acteurs du Wimax donc il a pris contact avec nous", a-t-il ajouté en précisant ne pas avoir de discussions actuellement.

De son coté, Intel précise être un fournisseur d'équipementiers WiMax mais ne pas avoir l'intention d'investir au capital des sociétés du secteur. "Intel Capital dément tout intérêt pour un investissement futur sur une société liée au Wimax en France", déclare un porte-parole.

Les Echos affirment dans leur édition de mercredi que le fournisseur d'accès internet Free et Bolloré Télécom discutent actuellement avec les deux groupes américains. Iliad, la maison mère de Free, a déjà démenti officiellement l'information aux Echos.

Le journal écrit que le directeur général de Google France, Mats Carduner, a déclaré au Forum Télécom des Echos qu'"à l'instar de ce qui s'est passé aux Etats-Unis avec Clearwire, (il est) ouvert à toute proposition d'association en Europe".

Bolloré Télécom entend proposer une offre WiMax, cette nouvelle technologie d'internet sans fil à haut débit, sur l'ensemble du territoire français.

Il a racheté mi-juin 8 licences WiMax à TDF qui viennent s'ajouter aux 12 licences obtenues en juillet 2006 en association avec Hub Telecom (groupe ADP).

"Pour l'instant on ne déploie pas le Wimax car nous n'avons pas le matériel", a fait savoir le porte-parole de Bolloré.   Suite...

 
<p>Bollor&eacute; T&eacute;l&eacute;com d&eacute;ment &agrave; son tour mercredi l'existence de discussions avec Google et Intel Capital pour financer le d&eacute;ploiement de son r&eacute;seau WiMax en France. /Photo prise le 22 mai 2008/REUTERS/Robert Galbraith</p>