Eric Besson veut des contreparties pour les opérateurs télécoms

mardi 1 juillet 2008 13h39
 

PARIS (Reuters) - Les opérateurs télécoms et les fournisseurs d'accès à internet pourraient bénéficier d'un accès facilité aux contenus en contrepartie de la taxe prévue sur leur chiffre d'affaires pour compenser la suppression de la publicité sur France Télévisions, déclare Eric Besson, secrétaire d'Etat chargé du développement de l'économie numérique.

Le président de la République Nicolas Sarkozy a préconisé mercredi dernier une taxe de 0,9% sur le chiffre d'affaires des opérateurs télécoms et FAI - au lieu du 0,5% recommandé par la commission Copé sur l'avenir de la télévision publique - suscitant une levée de boucliers dans le secteur.

"Plutôt que de discuter la décision politique qui a été prise, il serait plus intéressant de se tourner vers les contreparties que ces opérateurs pourraient demander", a dit Eric Besson, également chargé de la prospective et de l'évaluation des politiques publiques, lors d'une conférence sur les télécoms organisé par Les Echos.

"Si ces opérateurs contribuent au financement des contenus, ceux-ci doivent être en retour davantage mis à leur disposition", a-t-il ajouté, citant l'accès aux offres de télévision à la demande ou un raccourcissement de la "chronologie de médias" - les délais successifs de diffusion de films sur les différents supports après leurs sortie en salle.

Emmanuel Forest, directeur général délégué, a de son côté mis en garde sur les conséquences d'une telle taxe sur les opérateurs mobiles sans réseau (MVNO) et le secteur en général.

"On ne peut que marquer notre surprise devant cette décision en se disant qu'elle n'est pas vraiment de nature à favoriser les développements dans ces métiers", a-t-il dit lors de la même conférence.

Cyril Altmeyer, édité par Jacques Poznanski

 
<p>Pour Eric Besson, secr&eacute;taire d'Etat charg&eacute; du d&eacute;veloppement de l'&eacute;conomie num&eacute;rique, les op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms et les fournisseurs d'acc&egrave;s &agrave; internet pourraient b&eacute;n&eacute;ficier d'un acc&egrave;s facilit&eacute; aux contenus en contrepartie de la taxe pr&eacute;vue sur leur chiffre d'affaires pour compenser la suppression de la publicit&eacute; sur France T&eacute;l&eacute;visions. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard</p>