May 30, 2008 / 1:53 PM / 9 years ago

Tchuruk veut redonner espoir aux actionnaires d'Alcatel-Lucent

6 MINUTES DE LECTURE

<p>Serge Tchuruk et Patricia Russo, respectivement pr&eacute;sident et directrice g&eacute;n&eacute;rale d'Alcatel-Lucent, devraient faire face au feu de questions d'actionnaires exasp&eacute;r&eacute;s par la division par deux de la valeur de l'action en 2007 et la suspension du dividende. /Photo prise le 30 mai 2008/Philippe Wojazer</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le président d'Alcatel-Lucent Serge Tchuruk a tenté vendredi de redonner espoir aux actionnaires de l'équipementier télécoms déficitaire, en déclarant que le groupe est bien positionné pour bénéficier du potentiel de croissance considérable de son secteur, notamment dans les pays émergents.

La directrice générale Patricia Russo et Serge Tchuruk devraient faire face au feu de questions d'actionnaires exaspérés par la division par deux de la valeur de l'action en 2007 et la suspension du dividende.

Parmi les résolutions soumises aux actionnaires, deux retiendront particulièrement leur attention, la septième, qui précise les modalités du "parachute doré" de Patricia Russo, et la 13e qui permet la révocation des deux dirigeants à la majorité simple du conseil d'administration.

"Le conseil d'administration de votre société reste confiant parce que le métier des télécommunications recèle un potentiel de croissance considérable gâché par les circonstances du marché", a-t-il dit lors d'un discours d'introduction à l'assemblée générale, qui s'est conclu par les huées de certains actionnaires.

"Nous traversons de nouveau une crise sectorielle. Elle s'est notamment traduite par une baisse des prix, forte, qui a presque contrebalancé la forte croissance en volume", a ajouté Serge Tchuruk.

Alcatel-Lucent avait annoncé fin avril qu'il s'attendait désormais à une stagnation du marché des équipements télécoms en 2008, à l'image du diagnostic effectué peu avant par Ericsson, alors qu'il avait en début d'année entrevu "une croissance nulle ou en légère hausse".

Les marchés émergents, qui représentent 43% du marché mondial actuellement, en totaliseront la moitié d'ici sept à dix ans, a poursuivi Serge Tchuruk, soulignant que ces pays affichent un taux de croissance près de deux fois plus élevé à celui des pays développés.

Les analystes ont également dit en particulier espérer que le groupe bénéficiera de la réforme du marché de la téléphonie mobile en Chine, annoncée le week-end dernier. Attendue de longue date, elle prévoit la mise aux enchères de trois licences de téléphonie mobile 3G et la fusion de China Unicom et de Netcom, deux des quatre principaux opérateurs télécoms du pays.

Serge Tchuruk a également souligné qu'Alcatel-Lucent était bien positionné pour bénéficier de l'évolution des réseaux fixes, dont il est le leader mondial : l'équipementier franco-américain détient 68% du marché de la fibre optique (FTTH), qui permet une connexion à internet à très haut débit, alors qu'il n'avait que 37% de celui de l'ADSL.

"PARACHUTE DORÉ"

Même si les quelques phrases prononcées en français par Patricia Russo au début de son introduction ont suscité des applaudissements dans la salle, les deux dirigeants ne feront pas l'économie de questions acerbes des actionnaires.

L'action du groupe, qui avait trébuché fin avril après l'annonce de la prévision d'une baisse de 2 à 5% de son chiffre d'affaires à taux de change courant pour 2008, a repris des couleurs depuis quelques jours, en bonne partie suite à des rumeurs de départ de Patricia Russo.

L'assemblée générale de l'année dernière avait adopté une résolution décriée par les syndicats et certains petits actionnaires, qui accorde à Patricia Russo en cas de départ sa rémunération fixe et variable pendant deux ans, ainsi que ses différents avantages sociaux, de retraite et en nature.

La septième résolution mise aux votes cette année conditionne l'engagement sur la partie variable à la réalisation d'au moins 90% des objectifs de performance relatifs aux revenus du groupe ou 75% des objectifs de performance relatifs au résultat opérationnel. Elle prend effet au 1er janvier 2009.

Le Times a écrit mardi que le "parachute doré" de Patricia Russo pourrait atteindre six millions d'euros, un montant confirmé le même jour à Reuters par une porte-parole du groupe.

Le mandat de Patricia Russo, qui a pris ses fonctions le 30 novembre 2006, court jusqu'en 2010. Sa rémunération fixe pour 2008 est inchangée à 1,2 million d'euros, selon le rapport annuel du groupe.

Si elle est adoptée, la 13e résolution supprimera la majorité du conseil d'administration des deux tiers nécessaire à la révocation et la nomination du président ou du directeur général du groupe. La majorité simple des 14 administrateurs du conseil suffira.

Au cours de 4,87 euros vendredi en début d'après-midi, le titre perd moins de 2% depuis le début de l'année dans une capitalisation de près de 11 milliards d'euros, après avoir chuté de 54,6% en 2007.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below