L'AMF bloque le rachat du solde de SFR par Altice

mardi 4 octobre 2016 20h42
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - L'Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé mardi un revers à Altice en bloquant son projet de rachat du solde du capital de sa filiale SFR, une décision rare jugée "incompréhensible" par le directeur général du groupe européen de télécoms et de médias.

Dans un avis laconique, l'AMF a fait savoir qu'elle jugeait non conforme l'offre publique d'échange d'Altice sur le solde du capital de l'opérateur télécoms français qu'elle ne détient pas encore.

L'AMF, qui avait retardé de deux semaines son verdict sur l'opération, n'a pas donné d'explication, renvoyant à une décision motivée qui devrait en principe être rendue publique mercredi.

Des actionnaires minoritaires de SFR avaient écrit à l'AMF pour contester les termes économiques de l'opération, jugés par certains analystes favorables à Altice.

"Je suis dans l'incompréhension la plus totale", a déclaré à Reuters le directeur général d'Altice Michel Combes.

Altice se réserve la possibilité de contester en justice la décision de l'AMF mais la holding du milliardaire Patrick Drahi exclut de relancer l'opération avec des termes modifiés, a-t-il dit.

Selon le dirigeant, le gendarme de la Bourse s'est prononcé, pour rendre sa décision, sur les termes économiques de l'opération, ce qui constitue à ses yeux un revirement de jurisprudence.

"C'est un changement de règle du jeu en plein milieu du gué. A un moment où d’aucuns s’interrogent pour savoir, dans le cadre du Brexit, où devraient migrer les grands centres de décisions économiques et financiers européens, (...) on envoie un signal d’imprévisibilité totale sur le contexte dans lequel on opère", a-t-il estimé.   Suite...

 
L'Autorité des marchés financiers (AMF) a infligé mardi un revers à Altice en bloquant son projet de rachat du solde du capital de sa filiale SFR, une décision rare jugée "incompréhensible" par le directeur général du groupe européen de télécoms et de médias. Dans un avis laconique, l'AMF a fait savoir qu'elle jugeait non conforme l'offre publique d'échange d'Altice sur le solde du capital de l'opérateur télécoms français qu'elle ne détient pas encore. /Photo prise le 8 août 2016/REUTERS/Jacky Naegelen