La CE revoit son projet sur l'itinérance téléphonique

mercredi 21 septembre 2016 14h44
 

par Julia Fioretti et Marilyn Haigh

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne (CE) a annoncé mercredi qu'elle proposerait de supprimer les plafonds d'itinérance à la suite des critiques que son projet d'origine avait suscitées, à savoir limiter le temps pendant lequel le consommateur pouvait utiliser son téléphone à l'étranger.

Soucieux de ménager une opinion publique plutôt mal disposée actuellement envers l'Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, le président de l'exécutif européen, avait ordonné au début du mois le retrait du projet afin qu'il soit remanié dans un sens plus favorable au consommateur.

Andrus Ansip, vice-président de la CE pour le marché numérique unique, a précisé qu'il n'y aurait plus de limites officielles lorsque les nouvelles dispositions entreront en vigueur en juin 2017.

"Nous n'imposerons aucune limite d'un point en termes de jours (...) mais nous avons décidé de mettre en place des mesures de précaution claires en termes de résidence", a-t-il expliqué à la presse.

L'exécutif européen proposait dans un premier temps de limiter à 90 jours par an et à 30 jours d'affilée la période durant laquelle il était possible de téléphoner à l'étranger de son mobile sans que des frais d'itinérance soient facturés.

Les opérateurs mobiles tels qu'Orange, Vodafone et Deutsche Telekom pourront toutefois étudier les habitudes des consommateurs afin d'éviter qu'ils abusent du système en achetant par exemple une carte SIM bon marché dans l'un des pays de l'UE pour l'employer indéfiniment ailleurs.

"Nous voulons protéger les deux parties", a dit Andrus Ansip.

  Suite...

 
La Commission européenne (CE) a annoncé mercredi qu'elle proposerait de supprimer les plafonds d'itinérance à la suite des critiques que son projet d'origine avait suscitées, à savoir limiter le temps pendant lequel le consommateur pouvait utiliser son téléphone à l'étranger. /Photo d'archives//REUTERS/Jorge Silva