Orange souffre en France, mais espère un meilleur 2e semestre

mardi 26 juillet 2016 13h25
 

par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) - Orange a enregistré un recul plus marqué que prévu de son chiffre d'affaires en France au deuxième trimestre en dépit de solides performances commerciales, pénalisé par la bataille des promotions qui sévit sur son principal marché.

Le numéro un français des télécoms a cependant réaffirmé viser une progression de son résultat d'exploitation cette année, en comptant sur une amélioration au cours de la deuxième partie de 2016.

"La chute du titre Orange en Bourse est due à la détérioration de la situation en France en raison des promotions agressives de ses concurrents", estime un analyste basé à Paris.

A 13h20, l'action Orange recule de 4,46% à 13,715 euros, accusant de loin la plus forte baisse du CAC 40, inchangé au même moment.

Le titre, qui perdait aux environs de 2% depuis le début de la séance, a accentué ses pertes en fin de matinée après des déclarations du président du directoire de Vivendi Arnaud de Puyfontaine écartant tout accord entre l'opérateur italien Telecom Italia, dont il est le premier actionnaire, et Orange.

Le numéro un français entraîne les autres valeurs du secteur dans son sillage : Bouygues, maison mère de Bouygues Telecom, recule de 2,5% tandis que SFR Group perd 3%. Seul Iliad, propriétaire de l'opérateur low cost Free mobile, limite les dégâts avec un repli de 0,2%.

Orange, dont les revenus avaient diminué de 0,7% en début d'année dans l'Hexagone, a vu la baisse s'accélérer entre avril et juin à -1,7% sur un marché français où les opérateurs rivalisent de promotions sur leurs offres mobiles depuis l'échec du projet de mariage entre Orange et Bouygues Telecom.

  Suite...

 
Le PDG d'Orange, Stéphane Richard. Le numéro un français des télécoms a réalisé un deuxième trimestre conforme aux attentes, le coup d'accélérateur de la croissance en Espagne ayant notamment permis de compenser le recul de l'activité en France, pénalisée par la bataille des offres promotionnelles. /Photo prise le 7 juin 2016/REUTERS/Philippe Wojazer