Oracle bat le consensus avec son chiffre d'affaires

vendredi 17 juin 2016 09h29
 

(Reuters) - Oracle a publié jeudi un chiffre d'affaires en léger repli mais meilleur que prévu au titre de son quatrième trimestre clos le 31 mai, avec une forte croissance pour ses logiciels dématérialisés ("cloud").

Le titre du géant des progiciels, concurrent de SAP et d'IBM, s'adjugeait 1,7% à 39,29 dollars dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street.

Oracle a fait état d'un bénéfice net en hausse à 2,81 milliards de dollars (2,50 milliards d'euros) sur la période, soit 66 cents par action, contre 2,76 milliards ou 62 cents/action un an plus tôt.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 81 cents, conforme au consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires a diminué de 1% à 10,59 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 10,47 milliards.

Le chiffre d'affaires dans le "cloud" a atteint 859 millions de dollars, en croissance de 49,1%, et le président du conseil d'administration Larry Ellison a dit s'attendre à une poursuite de cette "hyper-croissance" sur les prochaines années.

Oracle, un dinosaure du secteur technologique américain avec ses 39 ans d'existence, est entré tardivement sur le marché de l'informatique dématérialisée mais a mis les bouchées doubles avec l'acquisition récente de sociétés spécialisées comme Textura et Opower.

Il reste toutefois en retard sur des acteurs plus petits comme Salesforce.com, dirigé par un ancien d'Oracle, Marc Benioff, qui tance régulièrement Larry Ellison.

Avant la publication des résultats, l'action Oracle a fini la séance en hausse de 0,52% à 38,64 dollars à Wall Street, en progression de 5,8% depuis le début de l'année.

(Narottam Medhora in Bengaluru, Véronique Tison pour le service français)

 
Oracle a publié jeudi un chiffre d'affaires en léger repli mais meilleur que prévu au titre de son quatrième trimestre clos le 31 mai, avec une forte croissance pour ses logiciels dématérialisés. Le bénéfice net est ressorti en hausse à 2,81 milliards de dollars (2,50 milliards d'euros) sur la période, contre 2,76 milliards un an plus tôt. /Photo prise le 6 avril 2016/REUTERS/Noah Berger