Pas de sortie de l'Etat du capital d'Orange à court terme

mercredi 1 juin 2016 11h52
 

PARIS (Reuters) - L'Etat français n'envisage pas actuellement de se désengager du capital d'Orange, a déclaré mercredi Martin Vial, commissaire aux participations de l’État.

"Il n'y a pas aujourd'hui de projet de l'Etat de se désengager d'Orange", a-t-il dit lors d'une audition devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

La semaine dernière, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait déclaré que l'Etat n'avait pas vocation à rester de manière pérenne au capital de l'opérateur télécoms, ajoutant toutefois qu'un tel désengagement n'était pas prévu dans l'immédiat.

L'Etat contrôle 23% du capital d'Orange via la BPI et l'Agence des participations de l'Etat (APE).

(Jean-Michel Bélot, édité par Dominique Rodriguez)

 
L'Etat, qui contrôle 23% du capital d'Orange via la BPI et l'Agence des participations de l'Etat (APE), n'envisage pas actuellement de se désengager du capital de l'opérateur télécoms. /Photo prise le 8 mars 2016/REUTERS/Eric Gaillard