Nokia pourrait supprimer jusqu'à 15.000 postes

mardi 24 mai 2016 12h07
 

HELSINKI (Reuters) - Nokia devrait vraisemblablement supprimer de 10.000 à 15.000 postes à travers le monde à la suite du rachat de son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent, a dit mardi un représentant syndical de l'équipementier télécoms finlandais.

Le groupe a lancé début avril son programme de restructuration qui doit lui permettre de réaliser des synergies de 900 millions d'euros d'ici 2018 mais il n'a pas encore précisé le nombre de postes qui seraient supprimés au total.

"Nous n'avons pas encore eu vent du moindre chiffre officiel, mais en se fondant sur des informations recueillies auprès de nos contacts syndicaux, j'estimerais le chiffre à travers le monde entre 10.000 et 15.000", a déclaré Risto Lehtilahti, qui travaille sur le site Nokia à Oulu, ville située dans le nord de la Finlande.

Un porte-parole de Nokia a refusé de commenter cette estimation.

Vers 09h35 GMT, le titre Nokia avance de 0,17% à 4,692 euros, à la traîne de l'indice regroupant les valeurs technologiques européennes qui gagne 0,66%.

Nokia, qui emploie quelque 104.000 personnes à travers le monde, a annoncé la semaine dernière la suppression d'un millier de postes en Finlande, sur un total de 6.850, soit un peu moins que les 1.300 qu'il prévoyait début avril.

Le 6 avril, Nokia avait confirmé qu'il conserverait un total de 4.200 postes en France jusqu'à fin 2017 comme il s'y était engagé auprès du gouvernement français.

Environ 400 postes seront supprimés dans des fonctions centrales par l'équipementier télécoms finlandais qui prévoit dans le même temps de recruter 500 personnes sur trois ans dans le domaine de la R&D, dont 300 jeunes diplômés.

L'Allemagne sera en revanche concernée par 1.400 suppressions de postes.   Suite...

 
Nokia devrait vraisemblablement supprimer de 10.000 à 15.000 postes à travers le monde à la suite du rachat de son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent, selon un représentant syndical de l'équipementier télécoms finlandais. /Photo d'archives/REUTERS/Mikko Stig/Lethikuva