L'Oréal investit dans l'incubateur high tech Founders Factory

jeudi 12 mai 2016 15h01
 

PARIS (Reuters) - L'Oréal a annoncé jeudi avoir investi dans Founders Factory, un incubateur anglais de start-ups technologiques, afin d'accélérer le développement de ses innovations dans la beauté connectée.

Le numéro un mondial des cosmétiques entend, avec cet investissement "de quelques millions d'euros", accompagner le développement de cinq "jeune pousses" par an et la création de deux nouvelles start-ups chaque année.

Ces jeunes entreprises travailleront dans la réalité augmentée, les objets connectés ou l'intelligence artificielle, permettant à L'Oréal d'offrir à ses consommateurs de nouveaux services ou de nouvelles technologies, a précisé à Reuters Lubomira Rochet, directrice générale du digital du groupe.

"Cet investissement stratégique permettra à L'Oréal d'accéder directement et très tôt à un éco-système mondial de start-ups prometteuses (...) et d'investir dans des business modèles innovants pour mieux répondre aux aspirations des consommateurs", indique le groupe dans un communiqué.

Basé à Londres, Founders Factory peut développer des start-ups partout dans le monde.

Toutes les catégories de produits pourront en bénéficier, comme les produits de coloration pour cheveux ou le parfum, a précisé Lubomira Rochet.

L'Oréal a déjà développé, dans son incubateur basé à San Francisco, des services digitaux pour le maquillage avec "Genius" un "coach" de maquillage virtuel, ainsi qu'un capteur électronique ("My UV Patch") permettant de mesurer l'exposition de la peau aux rayons UV.

Ces start-ups devraient aussi permettre d'accélérer le pas dans le e-commerce.

L'Oréal ne divulgue pas ses objectifs en la matière. Ses ventes en ligne ont totalisé 1,3 milliard d'euros en 2015, soit 5,2% de son chiffre d'affaires.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

 
Le numéro un mondial des cosmétiques L'Oréal a investi dans Founders Factory, un incubateur anglais de start-ups technologiques, afin d'accélérer le développement de ses innovations dans la beauté connectée. /Photo prise le 6 avril 2016/REUTERS/Eric Gaillard