SFR dans le rouge au 1er trimestre, plombé par les promotions

mercredi 11 mai 2016 12h13
 

par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) - SFR a essuyé une perte au premier trimestre pénalisé par un recul de son chiffre d'affaires et une diminution du nombre de ses abonnés fixes comme mobiles dans un contexte de profusion de promotions sur le marché français des télécoms.

Le deuxième opérateur télécoms français anticipe toutefois un redressement au fil des prochains trimestres alors que la compétition pourrait s'assagir dans un marché figé à quatre opérateurs après l'échec de la tentative de mariage entre Orange et Bouygues Telecom (Bouygues) début avril.

A 11h47, le titre recule de 6,77% à 25,945 euros dans des volumes fournis, soit sa plus forte baisse en séance depuis début avril. Dans le même secteur, Orange recule de 1,06% et Bouygues Telecom (Bouygues) prend 0,02%.

Au même moment, l'indice SBF 120 recule de 0,87%.

Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe né du rapprochement fin 2014 entre l'opérateur mobile SFR et le spécialiste du câble Numericable, a vu son chiffre d'affaires reculer de 6,1% à 2,57 milliards d'euros tandis que son Ebitda ajusté a accusé une baisse de 9,0% à 851 millions.

L'opérateur signe une perte nette de 41 millions d'euros à comparer à un bénéfice de 743 millions lors de la période correspondante l'an dernier.

"Comme prévu nous avons vu l'activité sans précédent de la promotion en France au T1 2016 et les contraintes sur les box avoir un impact sur les résultats publiés", souligne Jefferies dans une note.

De son côté, ODDO Securities souligne que le chiffre d'affaires publié au premier trimestre est "1,9% au-dessous des attentes, en raison des clients captés depuis décembre via des promotions agressives".   Suite...

 
SFR essuie une perte au premier trimestre pénalisé par un recul de son chiffre d'affaires et une diminution du nombre de ses abonnés fixes comme mobiles dans un contexte de profusion de promotions sur le marché français des télécoms. /Photo prise le 29 février 2016/REUTERS/Jacky Naegelen