Orange rassure sur les fusions et confirme ses objectifs 2016

mardi 26 avril 2016 13h49
 

par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) - Orange a écarté mardi tout projet d'alliance avec un autre opérateur historique européen, balayant les spéculations nées de l'échec de sa tentative de consolidation du marché français.

Le numéro un français des télécoms, qui a publié des résultats conformes aux attentes pour le premier trimestre, a réaffirmé viser une nouvelle hausse de son excédent brut d'exploitation cette année, fort de son avance sur le déploiement du très haut débit fixe et mobile.

"Il n'y a absolument aucun projet sur lequel nous travaillons en ce moment concernant un opérateur historique en Europe", a affirmé le directeur financier Ramon Fernandez lors d'une conférence avec des analystes, estimant que les conditions n'étaient pas réunies pour des opérations transfrontalières.

"Il n'existe pas de marché unique européen aujourd'hui, que ce soit en termes de fréquences, de réseau ou d'internet", a expliqué le directeur financier, qui a également réfuté les spéculations sur un possible rapprochement avec le groupe télécoms koweiti Kain ou le néerlandais KPN.

Ces déclarations ont rassuré certains investisseurs, dans l'expectative sur les projets d'Orange qui a dit vouloir jouer un rôle actif dans une future consolidation européenne.

A 13h30, le titre avance de 0,54% à 14,865 euros après avoir gagné jusqu'à 2,8% en milieu de matinée.

"C'est plutôt un bon signe. Une transaction avec un autre opérateur historique, cela veut dire une transaction transnationale, donc sans synergie", souligne Jacques De Greling, analyste à Natixis.

  Suite...

 
Orange confirme mardi l'ensemble de ses objectifs financiers pour 2016 en dépit d'une baisse de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) au premier trimestre, liée pour partie à l'impact d'un plan d'actionnariat pour les salariés. Le chiffre d'affaires trimestriel s'est établi à 10,01 milliards d'euros et l'Ebitda retraité a reculé de 1,6% à 2,57 milliards d'euros. /Photo prise le 8 mars 2016/REUTERS/Eric Gaillard