Facebook renforce le cryptage de WhatsApp

mardi 5 avril 2016 19h39
 

WASHINGTON (Reuters) - Facebook a annoncé mardi que les paramètres de cryptage de l'application de messagerie WhatsApp avaient été renforcés de façon à ce que les messages ne puissent plus être lus que par l'émetteur et le destinataire.

Le réseau social a pris cette décision alors qu'un débat fait rage sur la question de l'accès des forces de l'ordre et de la justice aux communications numériques et fait suite à une épreuve de force entre Apple et le FBI autour d'un iPhone crypté, lié à l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino en décembre.

Cela fait deux ans à peu près que WhatsApp développe un système de cryptage complet avec l'aide de logiciels fournis par Open Whisper Systems, une organisation à but non lucratif spécialisée dans la cybersécurité.

Le cryptage a été disponible dès 2014 pour les seuls messages textuels entre deux utilisateurs mais les messages groupés ou ceux assortis de contenus tels que des photos ou des vidéos n'avaient qu'un cryptage partiel.

Tous les messages passant par WhatsApp seront désormais intégralement cryptés, dit Facebook, ce qui signifie que le réseau social n'aura aucun moyen de les lire même si la justice le lui ordonne.

"L'idée est simple : lorsque vous envoyez un message, la seule personne qui peut le lire est celle à qui vous l'avez envoyé, ou le groupe de discussion qui en est le destinataire. Personne d'autre ne peut lire le message en question", explique WhatsApp dans un blog annonçant la mise à jour. "Personne, que ce soit des cyber-délinquants, des hackers, des régimes totalitaires, même pas nous".

Le ministère de la Justice s'est refusé à tout commentaire à ce sujet. Le FBI n'a pas répondu aux sollicitations de commentaires.

(Dustin Volz, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

 
Facebook a annoncé mardi que les paramètres de cryptage de l'application de messagerie WhatsApp avaient été renforcés de façon à ce que les messages ne puissent plus être lus que par l'émetteur et le destinataire. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic