La place de Bouygues dans Orange au coeur des discussions

vendredi 1 avril 2016 16h59
 

BORDEAUX/PARIS/LONDRES (Reuters) - Les pouvoirs et l'influence qu'obtiendrait Bouygues au sein d'Orange en cas de vente par le groupe de BTP de son pôle télécom à l'ancien monopole public sont au coeur des discussions visant à parvenir à un accord sur une transaction avant la fin du week-end, a-t-on appris vendredi de sources proches du dossier.

Emmanuel Macron ne veut à aucun prix apparaître comme le ministre de l'Economie qui aurait permis à Martin Bouygues de prendre le contrôle de l'ancien France Telecom, fait valoir une de ces sources.

Si l'opération va à son terme, Bouygues deviendrait le premier actionnaire privé d'Orange à travers une augmentation de capital réservée qui diluerait mécaniquement la participation de 23% de l'Etat.

Bouygues a indiqué en février vouloir acquérir 15% d'Orange et aurait déjà obtenu un accord pour monter à 12%.

Le ministre de l'Economie a demandé à Bouygues, sans succès pour le moment, de s'engager à geler la participation qu'il obtiendrait dans Orange pour une durée de sept ans et de renoncer aux droits de votes doubles qu'obtiennent les investisseurs de long terme.

Bercy et Bouygues n'ont pas souhaité commenter ces informations mais, selon le PDG d'Orange, les discussions sur le rachat de Bouygues Telecom ne butent pas sur des points particuliers.

"PAS DE POINT D'ACHOPPEMENT EN PARTICULIER"

"Il n’y a pas de point d’achoppement en particulier, on ne peut pas dire que cette négociation bute sur tel ou tel aspect", a déclaré Stéphane Richard à Reuters, en marge d'un déplacement à Bordeaux.   Suite...

 
Selon le PDG d'Orange, Stéphane Richard, les discussions sur le rachat de Bouygues Telecom par Orange ne butent pas sur des points d'achoppement particuliers. Il ajoute toutefois qu'il reste encore des questions juridiques et financières à régler. /Photo prise le 16 mars 2016/REUTERS/Benoît Tessier