Ericsson et Nokia divergent sur le déploiement de la 5G

lundi 22 février 2016 14h43
 

par Eric Auchard

BARCELONE (Reuters) - Ericsson, le premier équipementier mondial des réseaux mobiles, a annoncé lundi prévoir seulement 150 millions d'utilisateurs pour la téléphonie de cinquième génération (5G) au cours des cinq prochaines années, alors que le secteur s'interroge sur le moment opportun pour mettre à jour les infrastructures.

Par contraste, Nokia, son concurrent finlandais, a annoncé dimanche vouloir accélérer ses investissements dans la 5G cette année et il pourrait dès le début 2017 commercialiser des équipements "5G-ready" permettant aux opérateurs de faire la transition vers cette norme qui n'est pas encore totalement définie.

"La 5G arrivera plus rapidement que prévu. Cela pourrait surprendre certains d'entre vous", a dit Rajeev Suri, le directeur général de Nokia, au salon professionnel Mobile World Congress qui se tient cette semaine à Barcelone.

La différence de calendrier entre Ericsson et Nokia reflète en partie le débat sémantique sur ce qu'est exactement la 5G et la question de savoir si le déploiement des équipements pour ce type de réseaux doit être réalisé bien avant que la norme soit définitivement arrêtée.

De fait, l'approche volontariste de Nokia sur le début du déploiement du prochain cycle de la téléphonie mobile contraste avec celle plus prudente d'Ericsson.

En outre, de nombreux analystes ne croient pas que les opérateurs télécoms soient prêts à engager des investissements massifs sans justification solide de la demande pour la 5G.

"La 5G n'aura aucun impact sur les consommateurs dans les cinq prochaines années", juge Thomas Husson, analyste du cabinet Forrester Research. "L'histoire des réseaux 3G et 4G nous montre qu'il faudra des années avant d'atteindre une quelconque masse critique après les lancements commerciaux à la fin de la décennie."

  Suite...

 
Nokia veut accélérer dès cette année ses investissements dans la 5G et pourrait dès le début 2017 commercialiser des équipements "5G-ready" permettant aux opérateurs de faire la transition vers cette norme qui n'est pas encore totalement définie. De son côté, Ericsson prévoit seulement 150 millions d'utilisateurs pour la 5G au cours des cinq prochaines années. /Photo d'archives/REUTERS/LEHTIKUVA/Roni Rekomaa