Vivendi lance une OPA sur Gameloft et s'allie avec beIN Sports

jeudi 18 février 2016 23h28
 

par Gwénaëlle Barzic et Mathieu Rosemain

PARIS (Reuters) - Vivendi a sonné l'alarme jeudi sur les difficultés de ses chaînes Canal+ en France, allant jusqu'à évoquer une menace pour la pérennité du groupe de télévision payante dont le salut pourrait passer par un accord de distribution exclusive avec l'ex-ennemi beIN Sports.

Le groupe piloté par Vincent Bolloré a parallèlement annoncé le lancement d'une offre de rachat sur l'éditeur français de jeux vidéos Gameloft en dépit de l'hostilité affichée par ses dirigeants.

Jamais jusque-là, le groupe également propriétaire de la maison de disques Universal Music Group, ne s'était montré aussi alarmiste sur les difficultés de Canal+, le numéro un français de la télévision payante.

Concurrencé sur le front du sport, du cinéma et des séries par l'émergence des puissants beIN Sports, Netflix, Altice et consorts, Canal+ a subi 405.000 résiliations d'abonnements en France en 2015, ce qui s'est traduit par une perte, pour la 4e année consécutive, de 264 millions d'euros.

Depuis 2012, les résiliations d'abonnements dépassent le million tandis que les pertes cumulées atteignent 600 millions, une situation qui ne peut pas perdurer aux yeux de la direction de Vivendi.

"Les difficultés expérimentées par la télévision payante de Canal+ menacent le groupe dans son ensemble qui emploie 8.200 personnes et qui est de loin le principal contributeur financier au cinéma et à la culture en France", a déclaré le président du directoire Arnaud de Puyfontaine.

"Il y a donc un urgent besoin de stopper les pertes", a-t-il ajouté lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

Vivendi justifie par ce contexte difficile le projet d'accord de distribution exclusive pour cinq ans avec beIN Sports qui a conquis 2,5 millions d'abonnés en France avec ses offres à 13 euros mais perd 250 millions d'euros par an.   Suite...

 
Vivendi annonce qu'il prévoit de conclure un accord de distribution exclusive des chaînes sportives beIN Sports pour tenter de stopper les pertes de Canal+, tout en concrétisant ses ambitions dans les jeux vidéos avec le lancement d'une OPA sur Gameloft. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann