Cisco va mettre la main sur un acteur de "l'internet des objets"

jeudi 4 février 2016 12h21
 

(Reuters) - Cisco Systems a annoncé son intention de racheter Jasper Technologies, une "startup" qui permet de connecter des objets tels que des voitures et des équipements médicaux à internet, pour 1,4 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros).

Il s'agit de la plus grosse acquisition depuis 2013 de l'équipementier des réseaux.

Des acteurs historiques du secteur technologique tels que Cisco s'efforcent de trouver des relais de croissance dans un contexte où de nouvelles évolutions, telle l'informatique dématérialisée ("cloud computing"), menacent certains de leurs métiers.

Le segment émergent appelé "internet des objets" permet à Cisco de proposer des solutions technologiques dernier cri à ses clients.

Le cabinet d'études spécialisées International Data Corp (IDC) définit l'internet des objets comme "un réseau de réseaux de points uniques identifiables (ou 'objets') qui communiquent sans interaction humaine en utilisant la connectivité IP". Cette définition exclut donc les smartphones, tablettes et ordinateurs individuels.

En juin dernier, IDC avait dit que le marché mondial de l'internet des objets triplerait d'ici 2020 pour atteindre 1.700 milliards de dollars.

En plus de la possibilité de connecter des objets à internet, Jasper fournit une plate-forme de logiciels permettant de suivre ces objets une fois qu'ils sont en ligne.

Rob Salvagno, vice-président du développement chez Cisco, a déclaré que l'internet des objets était devenu une priorité pour Cisco ces dernières années. "Nous avons gardé un oeil sur ce marché et nous avons constaté que Jasper constituait un actif unique", a-t-il dit.

Jahangir Mohammed, directeur général de Jasper, va rejoindre Cisco pour diriger une nouvelle division logiciels pour l'internet des objets qui sera créée au sein du groupe.   Suite...

 
Cisco Systems va racheter Jasper Technologies, une "startup" qui permet de connecter des objets tels que des voitures et des équipements médicaux à internet, pour 1,4 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros). /Photo prise le 4 mai 2015/REUTERS/Jim Young