Infineon avertit sur sa marge d'exploitation à cause de l'Asie

mardi 2 février 2016 12h01
 

par Harro Ten Wolde

FRANCFORT (Reuters) - Infineon a averti mardi que sa marge d'exploitation serait inférieure aux attentes sur le trimestre en cours en raison des pressions actuelles sur les prix des semi-conducteurs en Asie, ce qui fait reculer son cours de Bourse.

Comme d'autres grands producteurs de puces, NXP et STMicroelectronics par exemple, le groupe allemand souffre de la baisse de la demande chinoise de produits informatiques et de téléphones portables.

Infineon, qui réalise plus de la moitié de son chiffre d'affaires dans la région Asie-Pacifique, dont 25% en Chine, s'attend pour le deuxième trimestre (janvier-mars) à une marge d'exploitation de 13% alors que la moyenne des estimations d'analystes la donnait jusqu'à présent à un peu moins de 15%.

A la Bourse de Francfort, le titre du groupe perdait 2,69% à 10h55 GMT à 12,1050 euros alors que l'indice Stoxx européen des hautes technologies abandonnait 1,19%.

Le directeur financier d'Infineon, Dominik Asam, a déclaré que les marges devraient remonter plus tard dans l'année avec la reprise des volumes de production et l'impact des mesures d'amélioration de la productivité.

"Les prévisions de chiffre d'affaires sont en ligne avec le consensus mais la marge semble faible", ont commenté les analystes de Bryan Garnier dans une note aux clients.

"Les investisseurs s'attendaient à mieux pour le deuxième trimestre", a dit un trader à Francfort. "Ils feraient mieux de prendre leur bénéfice maintenant."

  Suite...

 
Infineon affiche un bénéfice opérationnel en hausse de 30% au titre du premier trimestre de son exercice fiscal, grâce à sa division automobile qui fabrique des puces permettant entre autres d'activer des airbags ou régulateurs de vitesse. Le fabricant allemand de semi-conducteurs a réalisé un bénéfice d'exploitation, hors éléments exceptionnels, de 220 millions d'euros sur les trois mois à décembre, contre 169 millions un an plus tôt. /Photo d'archives/REUTERS/Michael Dalder