Nokia chute en Bourse après un accord avec Samsung

lundi 1 février 2016 11h30
 

HELSINKI (Reuters) - Le titre Nokia chute de près de 11% lundi matin à la Bourse d'Helsinki, les investisseurs se montrant déçus par les modalités de règlement d'un différend avec Samsung Electronics au sujet de brevets.

Vers 10h20 GMT, l'action recule de 10,76% à 5,89 euros, accusant la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600 derrière Alcatel-Lucent (-11,51%), l'équipementier de réseaux franco-américain passé sous contrôle du groupe finlandais.

Nokia a précisé que l'accord avec Samsung ferait passer les revenus de Nokia Technologies, sa division brevets, à environ 1,02 milliard d'euros en 2015, un montant qui inclut des versements de rattrapage sur deux années, contre 578 millions en 2014.

Le groupe a ajouté que les revenus annualisés de la division seraient désormais de quelque 800 millions d'euros. Pour 2016, les analystes financiers avaient anticipé un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros pour cette division.

"Alors que le chiffre d'affaires annualisé de Nokia Technologies à la suite de l'arbitrage est conforme à nos prévisions, il est bien inférieur au consensus", notent les analystes de Liberum.

Sami Sarkamies, analyste chez Nordea, explique quant à lui que "certains avaient espéré que Nokia serait en mesure de générer plus de revenus avec son portefeuille de brevets qu'Ericsson".

"Les termes (de l'accord avec Samsung) ne vont pas dans ce sens (...) Les estimations de résultats vont été révisées", ajoute-t-il.

La semaine dernière, Ericsson a fait état pour 2015 de revenus tirés des droits de propriété intellectuelle de 14,4 milliards de couronnes suédoises (1,55 milliard d'euros).

  Suite...

 
Le titre Nokia chute de 9% lundi en début de séance à la Bourse d'Helsinki, les investisseurs se montrant déçus par les modalités de règlement d'un différend avec Samsung Electronics au sujet de brevets. Un analyste note que les ventes de brevets du groupe finlandais sont inférieures à celles d'Ericsson. /Photo prise le 28 juillet 2015/REUTERS/Mikko Stig/Lethikuva