Orange pose ses conditions à un rapprochement avec Bouygues

mardi 12 janvier 2016 16h10
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Le PDG d'Orange a fixé ses conditions à la réalisation d'un rapprochement avec Bouygues dans les télécoms, affirmant qu'il ne s'engagerait pas dans une opération trop risquée pour le groupe.

Lors de la présentation de ses voeux à la presse, Stéphane Richard a indiqué mardi que les discussions avec le groupe de BTP et de construction étaient entrées dans une phase "approfondie", estimant à une chance sur deux la probabilité qu'elles aboutissent.

Alors que les deux groupes avaient échoué une première fois à s'entendre en 2014, le dirigeant de l'opérateur historique a fait valoir qu'il existait cette fois une dynamique nouvelle dans la mesure où Bouygues, a-t-il dit, est davantage motivé pour aboutir.

"Autant en 2014, c'est effectivement votre serviteur et Orange (...) qui est allé trouver M. Bouygues pour lui proposer un rapprochement, (...) autant cette fois-ci ce n'est pas moi qui ai pris cette initiative, c'est Martin Bouygues lui-même", a déclaré Stéphane Richard aux journalistes.

Orange estime qu'un accord pourrait à la fois être créateur de valeur pour la société et bénéfique pour le marché français des télécoms en termes d'investissement, mais il pose des conditions à sa participation.

"Je n'engagerai pas Orange dans une aventure trop risquée", a dit Stéphane Richard, en soulignant la complexité d'un éventuel accord, notamment pour obtenir le feu vert des autorités de concurrence.

Il est probable qu'une éventuelle opération soit examinée par l'Autorité française de la concurrence plutôt que par la Commission européenne, même si Orange attend encore quelques chiffres pour être définitivement fixé sur le sujet, a-t-il précisé.

  Suite...

 
Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a fixé mardi trois conditions à la réalisation d'un rapprochement avec Bouygues dans les télécoms. Le numéro un des télécoms ne veut pas s'engager dans une opération trop risquée pour le groupe et il souhaite que l'opération soit socialement irréprochable et créatrice de valeur pour la société. /Photo prise le 12 janvier/REUTERS/Charles Platiau